lesbien

Publié le 11 Juin 2020

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #websérie gay, #lesbien

Repost0

Publié le 11 Juin 2020

"Nous ne l'effacerons jamais"

 

Après le départ de Ruby Rose, plus ou moins poussée vers la sortie, on savait déjà que Batwoman allait laisser tomber le personnage de Kate Kane, dans la saison 2, pour mettre quelqu'un d'autre dans le costume de l'héroïne DC. Mais on apprend aujourd'hui que les producteurs n'ont pas prévu de tuer Kate pour autant.

La showrunner Caroline Dries a clairement indiqué mercredi sur Twitter qu'il n'est pas question de l'effacer aussi brutalement de la série : "En tant que lesbienne travaillant comme auteur depuis 15 ans, je connais trop bien le problème "Bury Your Gays" (une polémique qui s'insurge de voir les personnages homosexuels féminins des séries télé être trop souvent tués). Je n'ai aucune envie d'y participer. Comme vous, j'aime Kate Kane… Nous ne l'effacerons jamais", promet la productrice avant de préciser : "En fait, sa disparition sera l'un des mystères de la saison 2."

On suppose donc que c'est cette "Ryan Wilder", qui mènera l'enquête pour retrouver l'ex-Batwoman.

Dries a également révélé ces derniers jours (au Festival ATX At Home) avoir failli garder le personnage de Kate Kane : "Pour être honnête avec vous, j'ai envisagé de recaster bêtement le personnage, pendant une minute. Car égoïstement nous avions déjà écrit quelques épisodes, et au niveau de la transition, cela aurait été moins abrupte. Mais après réflexion, je crois qu'on a pris la bonne décision avec Greg Berlanti, celle de redémarrer Batwoman avec une héroïne différente. Cela permet de respecter tout ce que Ruby [Rose] a mis dans le personnage de Kate Kane pendant la saison 1 et cela aidera également le public, qui n'aura pas à accepter un nouveau visage dans la peau du même personnage. Ryan Wilder sera donc un nouveau visage qui, dans son passé, a été inspirée par Batwoman, alors elle va prendre le relais."

La saison 2 de Batwoman sera à voir en 2021.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 10 Juin 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #Coming out, #lesbien

Repost0

Publié le 10 Juin 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #lesbien

Repost0

Publié le 3 Juin 2020

Le départ de Ruby Rose entraîne une réécriture complète de la série.

 

On change tout et on recommence ! Batwoman va changer d'héroïne. Les producteurs ont choisi d'effacer le personnage de Kate Kane, plutôt que de le recaster, après le départ de Ruby Rose.

La série CW créera un tout nouveau personnage pour enfiler la cape de Batwoman dans la saison 2. On ne sait pas encore duquel il s'agira, mais Decider parle d'un casting qui serait à la recherche d'une certaine "Ryan Wilder", une femme dans la vingtaine qui "est sur le point de devenir Batwoman".

"Elle est sympathique, désordonnée, un peu maladroite et indomptée", stipule l'annonce. "Elle n'a rien à voir avec Kate Kane, la femme qui portait la combinaison avant elle. N'ayant personne dans sa vie pour la garder sur la bonne voie, Ryan a passé des années en tant que toxicomane, en évitant la police de Gotham et en cachant son malheur par de mauvaises addictions. Une fille qui volerait du lait pour un chat de ruelle mais qui pourrait également vous tuer à mains nues, Ryan est le genre de guerrière hyper dangereuse, hautement qualifiée et follement indisciplinée. Une lesbienne assumée. Sportive. Brute. Passionnée. Faillible. Loin du stéréotype de l'héroïne classique".

Warner Bros. et The CW ont précédemment confirmé qu'ils allaient engager à nouveau une actrice LGBTQ pour le rôle.

Source première

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 29 Mai 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 27 Mai 2020

L’héroïne de la saga littéraire de Stieg Larsson évoluera dans un univers différent des romans, avec d’autres personnages.

 

Fini, le grand écran. Lisbeth Salander va avoir droit à sa propre série sur Amazon Prime, révèle Variety. Le personnage fictif imaginé par Stieg Larsson, apparu en 2005 dans la fameuse saga de romans policiers Millénium puis dans les adaptations américaines et suédoises de David Fincher et Niels Arden Oplev, sera le personnage principal de The Girl With the Dragon Tattoo, le titre provisoire de la série. 

De ce que l’on sait, il ne s’agira pas d’une suite des aventures de la célèbre hackeuse gothique dans l’univers créé dans les romans. L’intrigue se déroulera dans le monde actuel, dans un nouveau cadre avec de nouveaux personnages et une histoire étrangère à celle des bouquins. On imagine donc qu'il y a peu de chance de retrouver le journaliste d’investigation Mikael Blomkvist, le deuxième protagoniste de la saga littéraire, dans cette nouvelle adaptation. 

Pour l’heure, aucune actrice n’a encore été choisie pour incarner Lisbeth Salander - au cinéma, Rooney Mara, Claire Foy et la Suédoise Noomi Rapace avaient prêté leurs traits au célèbre personnage. On ne sait pas non plus qui sera chargé d’écrire et de réaliser la série. Andy Harries, qui a travaillé sur les séries à succès The Crown et Outlander, produira le show avec sa société de production Left Bank Pictures.

Énorme succès à l’international, les six tomes qui composent la saga Millénium (le dernier est sorti en 2019) ont été vendus à plus de 100 millions d’exemplaires, donnant naissance à plusieurs adaptations au cinéma. La plus connue étant celle de David Fincher. Dans Millénium : Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes, le réalisateur revisite l’intrigue du premier roman de Stieg Larsson, avec Daniel Craig dans le rôle Mikael Blomkvist et Rooney Mara dans celui de Salander. Gros carton au box-office mondial, le thriller a rapporté 232 millions de dollars pour un budget de 90 millions. 

Source première

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 27 Mai 2020

"You don’t Nomi" sera disponible en VOD à partir du 9 juin.

 

Sulfureux, culte, détesté puis vénéré : presque 25 ans après sa réalisation, la fascination autour de Showgirls de Paul Verhoeven reste intacte. Descendu par la critique au moment de sa sortie en salles (Kyle MacLachlan a confié récemment qu’il s’agit du film le plus embarrassant de sa carrière), l’oeuvre n’a rapporté que 38 millions de dollars au box-office mondial pour un budget de 45 millions. Loin, très loin des 352 millions encaissés par Basic Instinct, réalisé trois ans plus tôt par le même réalisateur. 

Aujoud’hui pourtant, le film a rejoint le panthéon des films cultes, grâce notamment à son ton provocateur ultra vulgaire, et une scène d’anthologie particulièrement hot entre Elizabeth Berkley (Nomi Malone) et Kyle MacLachlan (Zack Carey). 

Preuve que le film continue de faire parler de lui, le documentaire You don't Nomi de Jeffrey McHale sortira bientôt en VOD. 

Dans ce documentaire d’1h30 bourré d’images d’archive et d’interviews, plusieurs fans et critiques de cinéma décortiquent le film de Verhoeven, et tentent de répondre aux questions suivantes : comment expliquer et interpréter cet échec commercial et critique sans précédent ? Pourquoi le film est-il aussi culte aujourd’hui ? Mérite-t-il tout le bruit qui l’entoure ? 

Prévu le 9 juin aux États-Unis, le documentaire sera finalement disponible directement en vidéo à la demande à la même date.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #dvd gay, #sorties dvd, #lesbien

Repost0

Publié le 20 Mai 2020

L’actrice australienne ouvertement lesbienne abandonne le rôle emblématique de super héroïne queer pour de mystérieuses raisons.

 

En plein Covid-19, elle tombe le masque ! Ruby Rose, la star de la série Batwoman diffusée aux États-Unis sur la chaîne CW, vient d’annoncer qu’elle quittait la série après une seule saison. La production cherche activement une remplaçante pour reprendre au vol le rôle de Kate Kane, la cousine de Bruce Wayne, pour la saison prochaine.

 

« J’ai pris la décision difficile de ne pas revenir dans Batwoman la saison prochaine »,  explique Rose dans un communiqué. « Ce n’est pas une décision que j’ai prise à la légère car j’ai le plus grand respect pour le cast, l’équipe et toute les personnes impliquées sur le show à Vancouver et Los Angeles, » poursuit la comédienne de 34 ans.

« Je suis plus que reconnaissante envers Greg Berlanti, Sarah Schechter et Caroline Dries qui non seulement m’ont donné cette incroyable opportunité mais de m’avoir accueillie dans l’univers DC qu’ils ont superbement créé ». L’actrice a également remercié la chaîne CW et Warner Bros.

 

Mystère

Mais le mystère plane. Rose n’explique pas les raisons qui la poussent à quitter la série. La fatigue physique ? En septembre dernier, la comédienne avait mentionné avoir subi une intervention chirurgicale pour corriger deux hernies discales.

Les audiences de la série ne sont pas fabuleuses. Selon le site Variety, la série faisant moins bien que des shows DC plus anciens comme Arrow et The Flash.

Autre piste: le manque de soutien de la part de la communauté LGBT+. Lors de l’annonce du choix de Ruby Rose pour le rôle de la femme chauve-souris, les réseaux sociaux n’avaient pas été tendres avec l’actrice.

 

« Pas assez queer »

Certain.e.s internautes reprochant à la comédienne, pourtant ouvertement lesbienne et genderfluid, de ne pas être assez “queer” et d’être trop jolie pour incarner le personnage. D’autres estimant qu’elle avait été choisie « parce qu’elle était connue et qu’elle plairait les filles hétérosexuelles. » Il lui a également été reproché de minimiser la sexualité du personnage de Batwoman en interview.

 

En septembre dernier, la comédienne était revenue sur ces réactions négatives. « Je n’y ai pas prêté attention parce que je travaillais vraiment dur pour avoir rôle. Je voulais vraiment ce rôle. C’est un rôle de rêve », confiait elle avant d’ajouter : « Je l’ai déjà dit mais je ne vais pas me traîner jusqu’à mon lit de mort en espérant que les gens sur internet m’aiment plus. »

 

Mais alors qui pour reprendre le rôle de Batwoman ? Pour l’heure aucun nom n’a encore filtré dans la presse. Mais l’enjeu de la représentation est important. Batwoman est la première super héroïne lesbienne à la télé américaine en tant que rôle principal. Et voir un rôle queer jouée par une actrice issue de la communauté LGBT+ était un progrès notable dans un univers sériel américain.

 

Une remplaçante « issue de la communauté LGBT »

Dans un communiqué, la Warner, CW et le producteur Greg Berlanti ont remercié l’actrice pour sa participation à la série. Ils ont aussitôt rassuré les fans sur l’avenir de la série et assuré qu’ils cherchaient activement une nouvelle actrice pour le rôle principal qui soit également « issue de la communauté LGBTQ ». Excellente nouvelle.

Crédit image: CW

Source tétû

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien

Repost0

Publié le 19 Mai 2020

Céline Sciamma raconte avec une infinie délicatesse une histoire d’amour impossible, sublimée par Adèle Haenel et Noémie Merlant.

 

Portrait de la jeune fille en feu sera diffusé à 21h05 sur Canal +. Voici notre critique du film de Céline Sciamma qui avait fait sensation lors du festival de Cannes 2019.

Mai 2019 restera à part dans la carrière de Céline Sciamma. Douze ans après son premier long métrage, Naissance des pieuvres, découvert à Un certain regard, elle a connu sa toute première sélection en compétition cannoise avec Portrait de la jeune fille en feu. Un baptême toujours stressant mais qui s’est déroulé ici de la plus radieuse des façons, l’accueil enthousiaste de la projection officielle ayant trouvé un écho idoine dans celle réservée à la presse. Cerise sur le gâteau, la cinéaste a même reçu le fameux coup de fil du samedi 13 heures, jour de palmarès, lui indiquant de revenir fissa à Cannes pour recevoir sa récompense. En l’occurrence l’une des premières de cette soirée, le prix du scénario. Mais, au visage et aux mots de Céline Sciamma, on pouvait deviner une déception. Celle de voir ce film si brillamment mis en scène et si puissamment interprété salué ainsi. On l’a dit et on n’a pas fini de le répéter au fil des sorties des œuvres majeures dégagées du palmarès (Une vie cachée, Le Traître...) au profit des sempiternels films à sujets, le jury d’Iñarritu n’a pas été à la hauteur de cette sensationnelle édition cannoise. Et même lorsqu’il distingue un film qui transcende son sujet comme ici, il se trompe de récompense. Prix de la mise en scène, double prix d’interprétation féminine, Grand Prix... Le choix était pourtant vaste pour saluer ce voyage dans la France de 1770 et l’arrivée sur les côtes bretonnes de Marianne, une peintre venue faire en secret le portrait d’Héloïse, une jeune femme rétive à toute idée de poser. Car ce tableau n’est pas une innocente œuvre d’art mais une commande de sa mère qui, ayant décidé de lui faire épouser un riche Milanais, l’expédiera ensuite à ce dernier pour qu’il la trouve à son goût. Or, tout juste sortie du couvent, Héloïse entend résister à ce destin dans lequel on veut l’enfermer avec pour seule arme sa colère sourde. Marianne va alors devoir user de mille et une ruses – à commencer par se faire passer pour sa dame de compagnie – pour parvenir à créer ce tableau dans ces conditions. Elle devra apprendre à scruter son modèle dans les moindres détails pour, le soir venu, coucher sur la toile les détails de ce corps. Et de leurs regards échangés naîtra un irrésistible sentiment amoureux qui mettra longtemps à dire son nom.

 

CONTE MODERNE
Portrait de la jeune fille en feu entre au Panthéon des plus belles histoires d’amour du 7e art. Celles où les sentiments enflammés dévorent de l’intérieur leurs protagonistes. Celles où un geste maladroit ou un regard un peu trop appuyé en disent plus que mille mots ou baisers langoureux. À l’image de son parti pris d’une quasi-absence de musique, Céline Sciamma signe un film d’une délicatesse infinie et fait monter le désir crescendo jusqu’à ce qu’il explose aussi tendrement que violemment. Car on ne se défait pas du poids des conventions par une simple succession de battements de cœur, aussi à l’unisson soient-ils. Pour son premier film d’époque en costumes, Céline Sciamma ne paraît jamais prisonnière du poids de la reconstitution. Elle y distille une modernité jamais criarde pour rappeler que des problématiques anciennes (les revendications des femmes artistes à plus de visibilité, la liberté entravée d’aimer qui on veut quand on veut...) n’ont hélas rien perdu de leur actualité. Cette modernité se retrouve dans l’interprétation de ses deux comédiennes principales.


DUOS DE FEMMES
Il est forcément émouvant de voir Céline Sciamma écrire un nouveau chapitre de son histoire avec Adèle Haenel, qu’elle a révélée sur grand écran. Cette Héloïse, elle l’a écrite pour elle. Et la comédienne révèle à travers la docilité intranquille de ce personnage une nouvelle facette de ses talents d’actrice décidément infinis. Face à elle, Noémie Merlant aurait pu occuper une position délicate. L’empêcheuse de tourner en rond dans un dialogue entre sa partenaire et leur réalisatrice. Il n’en est évidemment rien. Dans ce rôle de peintre qui cherche, elle aussi, à s’affranchir de sa condition et des préjugés sur son sexe et voit son amour se consumer à mesure qu’il lui permet d’accéder à une nouvelle étape de sa vie, l’héroïne du Ciel attendra franchit un nouveau cap. Parfaite de complémentarité avec sa principale partenaire comme avec les impeccables Valeria Golino (la mère d’Héloïse) et Luàna Bajrami (la servante qui se lie d’amitié avec les jeunes amoureuses, par-delà les rapports de classe) dans ce film poétique et politique d’une sensibilité infinie.

Bande-annonce de Portrait de la jeune fille en feu :

 

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd, #dvd gay, #lesbien

Repost0