livre gay

Publié le 4 Août 2019

Même en vacances je pense à vous.

J'ai donc programmé une série d'articles en collaboration avec Irkyno sur des idées de livres à mettre dans votre valise. Comme je suis un mordu de roman policier c'est ce thème que vous retrouverez répartie 4 catégories  tout au long du mois d'août :

- Les enquêteurs gay

- Journaliste et avocat gay

- Romance gay et thriller

- Flics gay

Bonne lecture....

Hervé Claude : 

série consacrée à Ashe 

 

Riches, cruels et fardés

Luxe, sable et volupté... A la limite de la jungle australienne, face à la Barrière de corail et à des centaines de kilomètres de la première ville, se trouve un hôtel quatre étoiles... Un lieu pour touristes fortunés triés sur le volet, qui savent ce qu'ils viennent chercher et qui veulent la paix. L'isolement pourtant, privilège ultime des riches, peut devenir l'enfer. Un ouragan se déchaîne et les voilà coupés du monde. Les comportements changent. Des crocodiles sortent de l'eau devenue boue. La pluie tombe comme les arbres et un premier cadavre est découvert. Il n'en faut pas plus pour que les solidarités se lézardent. Personne, finalement, ne connaît son voisin... Personne ne sait s'il pourra s'en sortir ni qui sera la prochaine victime...

Quand un ami vous appelle au secours parce qu'il a été agressé et violé en Australie, vous ne le croyez pas forcément. Mais Ashe va tout de suite venir en aide à son ami parce que David est beau, menteur, jeune et imprévisible. A Perth, entre tournois de golf, plages immaculées, chaînes de télévision, dunes sauvages, et spéculation immobilière, les arnaques et les cadavres commencent à s'éparpiller. Derrière tout cela, il y a la figure insaisissable du promeneur Jack Granville. Mais quel lien unit donc David à ce mystérieux tycoon australien ?

Sur une plage de Perth, en Australie-Occidentale, gît le corps d'une drag-queen, perruque blonde, robe moulante en lamé et escarpins rouges à talons aiguilles. Dans une Australie conservatrice et majoritairement homophobe, l'inspecteur Ange, habitué des bars gay, ne se fait guère d'illusions sur les résultats des investigations menées par les fédéraux. Une nouvelle fois, il va s'adresser à son vieil ami Ashe. Allure dégingandée, petite cinquantaine, ce Français vit la moitié de l'année à Perth. Il aime les hommes, écrit des poèmes, joue au golf, bronze en lisant Dostoïevski ou Sagan et file des coups de main à ses amis... Dans les quartiers gay de Perth et de Sydney, Ashe poursuit ses recherches et découvre que la victime, Charlene, avait de bien mauvaises fréquentations et préparait son coming out dans un reality show. De quoi en inquiéter plus d'un. Quelques jours plus tard, une autre drag-queen est assassinée puis c'est le tour d'un camionneur, Bruce, sado-maso notoire qui fréquentait les clubs. Mais l'enquête prend un tout autre cours lorsque Ashe se penche sur le passé de Charlene et de ses trois amis de lycée, rugbymen dans le club universitaire d'une petite ville australienne...

Perth, capitale du boom minier en Australie, en pleine ferveur nationale car elle s'apprête à recevoir les championnats du monde de cricket. Une ville où il fait bon vivre, sinon qu'une bande de bikers, aux ramifications mafieuses, sème la terreur. Ces motards provoquent la police, agressent des touristes et lancent des raids racistes et homophobes. Quelques semaines avant les championnats, un joueur est assassiné en plein match. La psychose gagne, et culmine à la suite d'un attentat à la voiture piégée. Une fois encore, le police officer Ange Cattrioni va solliciter l'aide de son vieux complice et amant occasionnel, le très flegmatique Ashe, qui passe des jours tranquilles à espionner ses voisins, un couple de retraités cachant probablement quelque secret de famille. Rod, leur fils, un alcoolique porté à la violence, est amateur de bodybuilding et de motos aux chromes luisants. Depuis un moment, de louches bikers squattent les lieux, et les parents ont disparu. Cette maison serait-elle le foyer des dérèglements de la Western Australia - province qui jamais n'a si bien mérité son nom ?

Ashe a rendez-vous pour la première fois avec Victor à l'aéroport de Melbourne. Depuis des mois, ils correspondent sur un site de rencontres. Les beaux yeux et l'humour du garçon ne sont pas les seules raisons qui ont décidé Ashe à lui rendre visite. Sur la page de Victor, à la rubrique "Mes amis", une photo l'a intrigué. Celle d'un revenant. Un homme croisé à Paris à l'époque où il enquêtait pour une société d'assurances. Un homme qu'Ashe croyait disparu à jamais... Décidé à éclaircir l'affaire, il fonce tête baissée dans un piège machiavélique, quelque part sur la plus belle mais la plus dangereuse côte australienne, celle du sud. A Perth, dans l'Ouest, les semaines passent, et Ange Cattrioni, l'ami indéfectible d'Ashe. s'inquiète et se lance à la recherche de son comparse. L'heure est venue de quitter le réseau virtuel pour affronter la réalité. Juste au moment où, au nord de Melbourne, au plus fort de l'été, de monstrueux incendies ravagent le Bush. Il est de meilleurs endroits pour se livrer à une course poursuite.

D'étranges meurtres sont commis aux quatre coins de l'Australie. Pas de mobile apparent mais une caractéristique commune : les victimes ont toutes eu le sexe tranché. L'Etat d'Australie-Occidentale, plus riche que jamais grâce au boom minier, n'est pas épargné. Un mineur turbulent et le directeur financier d'une grande compagnie sont à leur tour assassinés. Ashe, l'enquêteur français dilettante, et son indéfectible copain Ange Cattrioni, chef adjoint de la police locale, doivent faire face à cette vague de violence d'un nouveau genre. Prisonnier du fossé qui sépare des sociétés minières plus avides que jamais et un peuple aborigène encore largement exploité, Ashe mène une enquête sur le fil. Pour ne rien arranger, il est en train de tomber amoureux d'un jeune Aborigène, militant radical victime, dans son adolescence, d'atroces mutilations rituelles. Pour la première fois de sa longue errance à l'autre bout du monde, le Français doit affronter la question aborigène. Celle d'un peuple qu'on a décimé, expulsé de ses terres, dépossédé de sa culture. Et à qui l'on demande officiellement pardon maintenant qu'il n'a plus rien. Rien qu'une dignité bafouée et une fierté à reconquérir coûte que coûte. Mais à quel prix ? Dans ce roman nerveux et tendu, Hervé Claude révèle une Australie en trompe-l'oeil, un pays qui ne connaît pas la crise, qui se tient à l'écart des soubresauts du monde, mais dans lequel couve un vrai choc de civilisations. Un pays au climat extrême qui exacerbe tout : la sensualité des étreintes, la brutalité des rapports, la violence des crimes. Un polar charnel et torride.

Hansen Joseph : série consacrée à un autre enquêteur  gay : Dave Brandstetter.

 

Alors que la tempête fait rage sur la petite ville de Pima en Californie, la voiture de Fox Olson, vedette de la radio locale, est retrouvée au fond d'un arroyo. Mais pas son cadavre. Sa femme pense qu'il réapparaîtra quand le niveau de l'eau aura baissé. Dave Brandstetter, lui, ne croit ni au suicide, ni à l'accident. Il estime que Fox Olson est vivant et qu'il a l'intention de faire profiter sa famille de son assurance-vie. A Pima, la théorie de Dave est d'autant moins acceptée qu'il est l'enquêteur de la compagnie d'assurances

John Oats s'est-il noyé accidentellement ? La police en est sûre. Pas david brandstetter, l'enquêteur de l'assurance-vie. Le bénéficiaire est - ou était - le fils du mort, peter. Il a disparu. C'est le premier suspect. Il y en aura bien d'autres et l'enquête sera longue, tortueuse. Elle entraînera dave dans les milieux de la librairie, chez les collectionneurs et les bibliophiles, dans un petit théâtre culturel, dans le ranch somptueux d'une vedette de la télévision, et il faudra un nouveau crime pour que la vérité lui apparaisse enfin.

Rick Wendell, copropriétaire d'un bar gay, a été assassiné. Debout, à côté de son cadavre, se tenait Larry Johns, prostitué occasionnel. Pour tous, l'affaire paraît claire. Mais pas pour Dave Brandstetter, enquêteur des assurances, qui trouve que Larry fait un coupable un peu trop idéal. Pendant un concours pour l'élection de " Mr Marvelous ", Dave découvre la vérité. L'amour, qu'il soit hétéro ou homo, peut engendrer la jalousie, la haine et le désespoir, et il y a toujours quelqu'un qui souhaite votre mort.

 

On retrouve Dave Brandstetter, le détective privé homosexuel de Joseph Hansen, dans une enquête particulièrement tragique, qui est aussi une parabole sur le sida.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article réalisé avec la collaboration de Irkyno

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay, #roman policier gay

Repost0

Publié le 28 Juillet 2019

 

En exclusivité pour Nouvelles gays, une interview de Pascal ESTÈVE, l’auteur du roman gay de l’été :

   Le syndrome de Mendelssohn

 

Disponible sur Amazon en version Kindle ou broché

 

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire un roman ?

Ce n’était pas une envie mais probablement, à un moment de mon existence, la seule façon de survivre à une bouleversante rencontre. 

Y a-t-il un lien entre la composition et l’écriture ?

Oui. Il faut choisir des notes qui s’entendent bien et des mots qui chantent. Il y a également le rythme, le phrasé et ces moments de silences que l’on provoque entre la narration et le lecteur. Il y a très peu de romans Gay qui parlent de cette volupté intérieure qui ne soit pas liée uniquement au sexe. J’écris comme si c’était ma dernière heure, comme si c’était la chose la plus importante au monde.
 

Est-ce que les histoires d’amour finissent toujours mal ?

En général, oui. Surtout si elles sont vécues dans le feu de la passion. C’est pour cela que Paul et Angelo vivent leur rencontre avec tous les excès de sensualité, de sens et de dépassement de soi. Ils sont embarqués dans une histoire qui les dépassent l’un et l’autre. Une histoire qui va faire exploser leurs univers respectifs.
 

Vous avez choisi pour le personnage d’Angelo un baroudeur reporter de guerre.

Pourquoi ? 

Parce que Angelo représente l’archétype de l’aventurier. Un mâle, un séducteur en quête de conquêtes et de nouveaux territoires. Un homme libre, courageux, accidenté qui après avoir joué Casanova se trouble lorsqu’il rencontre Paul qui lui est Gay.
 

Est-ce que le personnage du musicien c’est imposé à vous qui composez des musiques pour le cinéma ? 

Oui tout à fait. Je voulais que ces deux hommes que tout oppose semblent pouvoir ne jamais partager quoique ce soit. En fait c’est justement le fait de vivre dans des univers diamétralement opposés qui les attirent et les séduisent secrètement l’un comme l’autre. De plus la musique et la composition sont des matières dont je peux parler en toute assurance. 
 

Y a-t-il quelque chose d’autobiographique ou est-ce une pure fiction ? 

Une fiction. Cela dit il y a quelque chose de moi en Paul. Probablement ce désir absolu  de vivre dans l’intensité extrême les événements de la vie que ce soit dans les hauts ou les bas. 
 

Le roman est particulièrement visuel. On a l’impression d’être et de vivre la scène que l’on est en train de lire. Est-ce le cinéma qui vous a donné cette «  vision «  de l’écriture ? 

Non. Au cinéma vous ne pouvez pas ressentir la sensualité d’une main qui vous caresse, l’extase, la morsure d’un baiser pas plus que vous pouvez respirer le parfum de votre amant ou montrer à l’image le goût de ses baisers. Le roman m’a permis de mettre en avant tous les sens que peuvent partager deux êtres. 
 

Être gay au XXI siècle cela veut dire quoi ?

En France cela veut dire que l’on peut avoir des droits. Publier un roman sans être emprisonné. Cela paraît évident mais il reste du chemin à parcourir... il ne faut pas oublier qu’être gay ce n’est pas uniquement avoir la possibilité de vivre en toute quiétude et participer à une vie culturelle. Nous devons garder à l’esprit que l’on en meurt encore actuellement dans certains pays et ce de la façon la plus cruelle.

Vous avez choisi en couverture un dessin fortement inspiré de Jean Cocteau.

Effectivement j’ai dessiné l’histoire du livre. L’univers de deux hommes qui se superpose et un caducée qui les relie car un troisième personnage, une femme chirurgienne sera l’orchestratrice de leur destin. 

La passion à l’extrême, le désir et la soif de vivre chaque instant comme un saut dans le vide reste toujours présent dans le roman. Est-ce que les gays ont une façon particulière d’envisager l’amour ?

Oui. Je pense qu’ils sont particulièrement romantiques dans le sens le plus noble du terme. C’est pour cela que ce roman les met en scène dans une histoire peu commune. Un hymne à l’amour dans lequel la chair est présente dans toute sa sensualité. L’amour n’a pas de sexe, le sexe est le vecteur de l’amour. Du moins une façon d’y parvenir lorsque deux corps fusionnent et que le temps s’écrase dans le néant.

Un grand merci à Pascal ESTÈVE  pour cette exclusivité 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 25 Juillet 2019

Le syndrome de Mendelssohn: Le roman gay d’une saison passionnelle, plus l’éternité

de Pascal Esteve (Auteur)

Le roman gay de l'été 

Séducteur invétéré Angelo papillonne de femme en femme sans vraiment éprouver le besoin de se fixer. Solitaire, assoiffé de sensations fortes, il trouve dans le parachutisme le goût de l’extrême qui flotte en lui perpétuellement. Journaliste de guerre, Angelo côtoie la mort au quotidien, la frôle, flirte avec elle et n’apprécie que plus la vie. Mais sous des apparences viriles et volontaires, sous cette soif de dopamine se cache une faille. 

Sa vie est ailleurs… Probablement dans la fuite, jusqu’au jour où le destin le rattrape en plaçant Paul sur son chemin.

Paul, compositeur charismatique, homme de 40 ans, passionné par son métier, exerce sur Angelo à son insu une mystérieuse attraction. Au fil de leurs retrouvailles, leurs univers se conjuguent, s'interférent et l’amitié qui liait les deux hommes évolue en liaison. Liaison qu’ils gardent secrète vis-à-vis d’Elodie, une brillante et séduisante chirurgienne en cardiologie, amie de Paul qui les présenta l’un à l’autre.

Mais les fruits du destin poussent à l’ombre des jardins secrets qu’entretiennent les trois personnages.

L'auteur Pascal Estève compose des musiques pour le cinéma et la télévision, «Le Syndrome de Mendelssohn» est son premier roman.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 19 Mai 2019

Le cinquième opus de la collection Darkness, censure et cinéma examine sans doute l’un des sujets les plus controversés au cinéma, l’un des tout derniers tabous à subsister à l’écran : l’homosexualité.

Montrée, évoquée ou simplement suggérée, l’homosexualité à l’écran ne laisse jamais indifférent parce qu’elle exacerbe nos contradictions et ce que nous croyons être. En contournant les postulats, en revendiquant le droit à la différence, elle renvoie à l’idée de liberté totale. Elle fragilise nos certitudes et les préceptes de nos sociétés hétérosexuelles. Alors comment, dans ces conditions, parler d’homosexualité au cinéma sans risquer de provoquer ses pourfendeurs ou d’offenser ses défenseurs ? Quinze auteurs vont tenter de répondre dans cet ouvrage inédit.

L’homosexualité portée à l’écran demeure donc un sujet de discorde parce qu’il effraie la société qui, lorsqu’elle se sent menacée, attaque, ridiculise ou censure. Aux États-Unis, quand le cinéma hésite, la télévision s’amuse des interdits en les contournant par le rire et la dérision à l’instar de l’approche choisie par les concepteurs de la série Modern Family dont nous parle longuement Benjamin Campion. En France, si l’on excepte un cinéma d’auteur prometteur mais encore confidentiel, le cinéma grand public et la télévision qui le finance sombrent facilement dans l’excès en alimentant des clichés destinés à distraire un public familial largement hétérosexuel. Le personnage gay de Will dans la trilogie des Tuche (Olivier Baroux, 2011, 2016, 2018) ou encore le couple lesbien de Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? (Philippe de Chauveron, 2019) sont les illustrations récentes et caricaturales d’un certain cinéma populaire qui joue avec de gros sabots.

Ce livre a pour ambition de vous faire parcourir les affres de la censure de l’homosexualité au cinéma et la permanence des regards qu’elle inspire. Des origines du genre à la complexité toujours d’actualité pour la représenter, l’homosexualité est un sujet singulier que l’on moque, que l’on promeut ou que l’on utilise mais qui jamais ne demeure sans saveur entre les mains des cinéastes.

 

à paraître le 10 juin 2019

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay, #cinéma gay

Repost0

Publié le 21 Mars 2019

L'auteur Andre Aciman révèle un peu plus d'informations sur la suite de son livre "Call Me By Your Name", popularisé par le film de Luca Guadagnino sorti l'an dernier...

Confirmée en décembre dernier par son auteur Andre Aciman, la suite du roman Call Me By Your Name, qui a inspiré le film avec Timothée Chalamet reparti de la cérémonie des Oscars 2018 avec la statuette du Meilleur scénario adapté, est en cours d'écriture. Aciman en a même révélé le titre et le pitch de départ. Il sortira dans sa version originale le 29 octobre 2019. Il a indiqué dans une note d'intention : "Le monde du roman ne m'a jamais quitté (...) Le film m'a fait réaliser combien j'avais envie de les retrouver et de les suivre à travers les années, c'est pourquoi j'écris ce livre." 

Ansi, le deuxième livre s'intitulera Find Me, et selon son éditeur, il revisitera les vies d'Elio et Oliver mais aussi le nouveau départ de Samuel, le père d'Elio, qui est désormais divorcé. Lors d'un voyage entre Florence et Rome, il rend visite à son fils qui est devenu un pianiste très talentueux. Une rencontre dans un train va entraîner Samuel dans une nouvelle relation qui va changer sa vie. Va-t-il, finalement, vivre un équivalent de ce qu'a vécu Elio, lui qui avouait avec un peu d'amertume à la fin du premier film de n'avoir jamais vécu rien de tel ? De son côté, Elio va déménager à Paris où il va être pris dans une passion amoureuse qui ne restera pas sans conséquences, tandis qu'Oliver, désormais professeur avec deux enfants adolescents, envisage de retourner en Europe...

L'histoire ne dit pas si le réalisateur Luca Guadagnino, très occupé entre de nouveaux projets de film et une série pour HBO, reprendra le roman d'Aciman pour la suite qu'il envisage depuis quelques mois de mettre en scène. En janvier dernier, il disait : "Laissez-moi vous donner un scoop : la suite -bien que je n'aime pas l'appeler ainsi, leur histoire étant plutôt un cycle- se déroulera à Paris. Et elle commencera avec Elio en train de pleurer. Avec cet éclat qui illuminera son regard et qui nous fera nous demander si nous sommes toujours là où on l'avions laissé. Mais non, il pleure parce qu'il est en train de regarder la fin d'un des meilleurs films au monde : Encore de Paul Vecchiali. Et c'est très juste par rapport au personnage : Elio aime le cinéma de Vecchiali parce que, comme lui, il est mélancolique." Pour le moment, ça semble donc coller...

Tout récemment, Armie Hammer a émis des doutes quant à ce deuxième film, après avoir été plutôt enthousiaste par le passé : "Le premier était tellement spécial pour tous ceux qui y ont participé (…) que si on en fait un deuxième, je pense que l’on court à la déception (...) Si le script est incroyable et que Timmy  est partant, je serais idiot de refuser. Mais en même temps, je me dis que le premier était tellement bien, pourquoi ne pas en rester là ?"

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 17 Février 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

Le quotidien de Mike Tucker n’a rien de bien palpitant. Il partage ses journées entre les cours au lycée, sa meilleure amie Annie et les brimades de Brex, la star de l’équipe de foot. Un ado ordinaire en somme, si l’on excepte ces mystérieuses insomnies qui, depuis son enfance, le tiennent éveillé les soirs de pleine lune.

 

Sa vie bascule au cours d’une fête où il n’aurait même pas dû se trouver. Métamorphosé en bête sanguinaire, la victime devient bourreau et agresse ses anciens tortionnaires. À l’issue de ce drame, ses parents lui révèlent ce qu’ils lui ont toujours caché : Mike est un Loup. Effrayé par la violence de ses actes, l’adolescent comprend que s’il veut espérer préserver son secret, il va devoir apprendre à se maîtriser.

 

L’y aider, c’est la mission de Jared, son Guide, un Loup plus âgé, très mystérieux et diablement sexy. Le coup de foudre est immédiat, du moins pour Mike. Car Jared, lui, sait qu’il ne faut voir dans cette irrépressible attraction que la magie de l’Appel, une illusion qui lui a déjà brisé le cœur une fois.

 

Quand des forces obscures se joignent à la partie, bien décidées à s’emparer du jeune Loup, la fragile confiance qu’ont réussi à tisser Mike et Jared se trouve mise à rude épreuve. Peu à peu, le pouvoir du Charmeur de Loup croît et, bientôt, plus que d’amour, il est question de survie.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 22 Janvier 2019

Le Diable emporte le fils rebelle
Collection Bleue, Mercure de France
Parution : 10-01-2019
Fous le camp, vous lui dites, personne ne veut de toi, ni dans cette maison ni ailleurs, et ça ne l’atteint même pas, Seigneur. 
Zéro émotion, juste sa tête à claques, ses grands yeux bleus moqueurs et ce sourire bravache. Il a bien tenté de m’attendrir en désignant la fenêtre de sa chambre, le noir au-dehors, la neige :
 Tu réalises combien ça pèle? Tu veux ma mort, sérieusement? J’ai tenu bon. «Tu diras quoi à mon père?»  Il s’était calmé, comme s’il prenait conscience tout à coup que ses insultes et ses cris n’avaient rien empêché. Que c’était fini, son jeu avec moi. 

Lorraine, son mari et leurs quatre fils vivent sur une ancienne friche d’une ville du Wisconsin. La jeune mère se tue à la tâche et n’a, pour tenir, que Dieu et les cachets. Elle doit aussi affronter sa bête noire, Adam, le fils aîné réfractaire. L’adolescent sort à peine de détention qu'elle apprend par ses jalouses belles-sœurs que son fils est homosexuel. Si son mari s'en doutait, pour elle, c'est un véritable choc. Lorraine n’a plus qu’une obsession : sauver le reste de sa famille.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 4 Décembre 2018

André Aciman, l’auteur du roman « Call Me by Your Name », a su ravir les fans du livre et du film avec un tweet tout simple.

Le livre « Call Me by Your Name », adapté l’année dernière au cinéma, aura une suite. C’est son auteur lui-même qui l’a annoncé. André Aciman a publié un message on ne peut plus simple dans la journée.

« J’adorerais que ‘Call Me By Your Name’ ait une suite, a-t-il écrit. En fait, je suis en train de l’écrire. »


Un deuxième film prévu aussi

Et c’est tout ce que l’on sait. En effet, André Aciman ne s’est pour l’instant pas plus exprimé sur cette déclaration. On peut cependant imaginer que cette suite aura lieu à notre époque. En effet, la fin du livre prend place dans les années 1990, au coeur de ce qu’on a appelé « les années sida ».


C’est d’ailleurs cette partie du premier tome qui sera au cœur du deuxième film. Le réalisateur Luca Guadagnino a annoncé vouloir travailler sur cette suite dès mars 2018. Et les acteurs Timothée Chalamet et Armie Hammer avaient fait part de leur excitation à l’idée d’y participer.
 

par Alexis Patri pour têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay

Repost0

Publié le 18 Novembre 2018

On s’est dit : il faut inverser la tendance, passer des moqueries subies par les personnes LGBT depuis bien trop longtemps aux moqueries sur les homophobes.

Une sorte d’exutoire pour la communauté LGBT et leur entourage.

En résumé, il s’agit de répondre aux persécuteurs par le rire et de rendre ringards ces intolérants. C’est notre façon de résister.

Clairement à charge contre les homophobes, le livre est composé de textes humoristiques ou plus sérieux, associés à des dessins satiriques et des illustrations.

De nombreux thèmes y sont abordés au travers de dessins, de chroniques, de témoignages ou de tribunes… Après certains textes, un encart, rédigé par SOS homophobie, ou un autre acteur du secteur, éclaire et précise le sujet afin d’éviter toute erreur d’interprétation pour les lectrices et lecteurs sur le contenu satirique et humoristique de l’ouvrage. 

L'intégralité des droits d'auteur des ventes du livre sera reversée à l'association SOS homophobie.

LES HOMOPHOBES SONT-ILS DES ENCULÉS ? editions iconovox

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livres gay, #humour, #Livre gay

Repost0

Publié le 23 Septembre 2018

PRIX DU ROMAN GAY 2017 & 2018 

En présence des auteur.e.s, des maisons d'édition, des journalistes, des libraires, des membres du jury, des lectrices et des lecteurs...  

La « cérémonie » sera suivie de rencontres, de séances de signatures et d’un apéritif.

 

Vendredi 12 octobre 2018 à 18h 

 

Centre LGBT Paris-ÎdF

 

63 Rue Beaubourg, 75003 Paris

Dans la foulée de la soirée palmarès, un débat sur le sujet de la reconnaissance des œuvres LGBT et de leur diffusion sera organisé par le Centre LGBT parisien, dans le cadre de ses nouveaux « Ciel mon dimanche ! », le dimanche 15 octobre (17 h 30 - 19 h 30)

 

Le PRIX DU ROMAN GAY a été créé en 2013 à l'initiative des Éditions Du Frigo editionsdufrigo.com. Il s'agit de récompenser des romans (déjà édités et diffusés) de langue française originale et appartenant à une littérature d'inspiration homosexuelle masculine.

Depuis 2015, ce prix littéraire est ouvert à tous les pays francophones ou en partie francophones.

Le Prix Du Roman Gay ne se voulant absolument pas ghettoïsant, la notoriété, le genre et l'orientation sexuelle (dont l'abstinence) des auteur.e.s ne rentrent évidemment pas en ligne de compte, écrivains avant tout.

Les Maisons d’Éditions réputées y participent, mais aussi les auteur.e.s auto-édité.e.s, en partenariat avec des éditeurs/imprimeurs ou des petits éditeurs indépendants voire alternatifs, ce concours étant avant tout une initiative visant à favoriser leur VISIBILITÉ, cette visibilité si importante dans la lutte contre l’homophobie.

Le jury (en France, Belgique, Canada et Suisse pour l'instant) est composé d’écrivains, critiques, blogueurs, blogueuses, lectrices, lecteurs, libraires et éditrices-teurs... LGBT ou non.

La thématique gay (en filigrane ou au centre de l’œuvre) est certes le critère de sélection mais ce sont bien les qualités littéraires qui sont récompensées

en 2018 

Les nominé.e.s sont :

 

13 romans retenus par le jury parmi une sélection de 54, eux-mêmes choisis par le comité de lecture dans 123 propositions.

. "Cent soixante-dix" de Daniel-Alexandre Bez aux ÉDITIONS KALIOPA
. "Cœur de cible" de Thomas Andrew aux ÉDITIONS JUNO PUBLISHING
. "Corps étranger" de Pascal Francès-Vanson aux ÉDITIONS L'HARMATTAN
. "Journal d'une robe noire " de H.V. Gavriel aux ÉDITIONS MILADY
. "Le Golfeur du temple" de Jacques Chuilon aux ÉDITIONS LIBRINOVA
. "Les vacances du petit Renard" de Arthur Cahn aux ÉDITIONS DU SEUIL 
. "L'île du Lundi" de Philippe Collas et Eric Villedary aux ÉDITIONS FRENCH PULP
. "Loin de Douala" de Max Lobe aux ÉDITIONS ZOÉ
. "Mon père, ma mère et Sheila" de Éric Romand aux ÉDITIONS STOCK
. "Ne change pas, Bastien" de Sébastien Gaspari aux ÉDITIONS DU CHAPITRE
. "Nos années parallèles" de Stéphane Corbin aux ÉDITIONS LAMAO
. "Tigrane l'Arménien" de Olivier Delorme aux ÉDITIONS H&O 
. "Un tour du monde pour le Refuge" de Sébastien Avril, Denis-Martin Chabot, Enzo Daumier, Michel Evanno, S.M. Gerhard, Vincent Koch, Aurore Kopec, Jeanne Malysa, Maxime Meyer, Sébastien Monod, Mélanie Tellier, Nathaniel Vigouroux, Ludovic Zadania aux ÉDITIONS TEXTES GAIS

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Livre gay, #Prix littéraire gay

Repost0