Articles avec #netflix tag

Publié le 28 Juillet 2019

 

Orange is the New Black saison 7 (26 juillet)

Un couple décide d’engager une escort girl pour pimenter leur vie sexuelle, mais les choses prennent un tournant inattendu quand les sentiments s’en mêlent.

 

Queer Eye saison 4 (19 juillet)

  •  
  •  

Les chroniques de San Francisco (saison 1) 1994

L'adaptation de l'oeuvre d'Armistead Maupin suit les aventures très seventies des pensionnaires de Barbary Lane, sous l'oeil protecteur de leur logeuse, Anna Madrigal. Echappée de son Kansas natal, Mary Ann Singleton s'installe à San Francisco. Elle échoue à Barbaly Lane où elle fait la connaissance de voisins plutôt extravagants

More tale of the city (saison 1) 1998

Dans cette suite de la mini-série, Mona Ramsey est en voyage de cross-country dans le but de l'emmener dans un bordel qui pourrait contenir un secret sur son passé. Michael "Mouse" Tolliver et Mary Ann Singleton partent en croisière où ils se retrouveront avec des amoureux anciens et nouveaux. De retour à San Francisco, Brian Hawkins s’engage avec une femme mystérieuse qu’il aperçoit de sa fenêtre, tandis que DeDe Halcyon Day fait la connaissance d’un nouvel ami qui l’aide à découvrir ses véritables sentiments.

Further tales of the city (saison 1) 2001

Ce troisième opus de "Tales of the City" présente Mary Ann Singleton qui lutte pour faire avancer sa nouvelle carrière de personnalité à la télévision, tandis que Michael Tolliver se remet en selle après sa rupture avec Jon Fielding. Après son divorce, Prue Giroux trouve le réconfort avec un inconnu mystérieux qu'elle rencontre dans un parc. Brian Hawkins a des difficultés avec son travail et sa nouvelle relation monogame avec Mary Ann. DeDe Halcyon Day revient avec une révélation dangereuse qui pourrait bien être le scoop que Mary Ann attendait.
 

Glee (l'intégral)

Professeur d'espagnol au sein du lycée McKinley, Will Schuester décide de prendre la direction du club de chant de son établissement, laissé bien mal en point par son prédécesseur. Ravivant dans le même temps ses aspirations de jeunesse et la jalousie de sa femme, Will va déployer tout son enthousiasme afin de constituer un nouveau groupe, composé de plusieurs élèves n'ayant rien à voir les uns avec les autres. Losers, footballeurs, intellos, pom-pom girls... Tout ce petit monde va tenter de cohabiter tant bien que mal afin de ramener le "Glee Club" au prestigieux rang qu'il tenait bien des années auparavant...

L'auberge espagnole

Xavier, un jeune homme de vingt-cinq ans, part à Barcelone pour terminer ses études en économie et apprendre l'espagnol. Cette langue est nécessaire pour occuper un poste, que lui promet un ami de son père, au ministère des finances. Mais pour ce faire, il doit quitter sa petite amie Martine, avec qui il vit depuis quatre ans.
En Espagne, Xavier cherche un logement et trouve finalement un appartement dans le centre de Barcelone qu'il compte partager avec sept autres personnes. Chacun de ses co-locataires est originaire d'un pays différent.

les poupées russes

Xavier a 30 ans. Il a réalisé son rêve d'enfance, il est devenu écrivain, mais il semble quand même un peu perdu. Il a quelques problèmes avec sa banquière. Il a également des réticences à se fixer avec une fille et enchaîne les aventures amoureuses avec inconséquence. Xavier est contraint de continuer son travail à Londres, puis à Saint-Pétersbourg. Ces nouveaux voyages lui permettront peut-être de réconcilier le travail, l'amour et l'écriture.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 22 Juillet 2019

Netflix a publié le premier trailer de la troisième saison de Dear White People.

Après les événements explosifs de la saison deux, qui ont vu Samantha White (Logan Browning) perdre son père et tomber sur une théorie du complot massive, le personnage proclame dans la bande-annonce qu'elle en a «terminé» avec son émission de radio.

Donc, cette fois-ci, Joelle Brooks (Ashley Blaine Feathers) prend sa place à la radio. «La série sera un peu différente, nous allons aborder les grands problèmes, à la fois politiques et culturels», explique Joelle.

Yvette Nicole Brown, a rejoint le casting en tant que mère d' Antoinette Robertson et on voit un aperçu de Lionel Higgins (DeRon Horton) alors qu’il explore son côté génial dans un club S & M.

La saison trois de Dear White People verra également le retour de Brandon P. Bell (Troy Fairbanks), John Patrick Amedori (Gabe Mitchell), Marque Richardson (Reggie Green), Obba Babatundé (Dean Fairbanks) et Caitlin Carver (Muffy Tuttle).

La première mondiale aura lieu le 2 août sur Netflix - regardez la bande-annonce ci-dessous.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 15 Juillet 2019

David Fincher a fait confiance à Andrew Dominik pour l’épauler à la réalisation de la saison 2 de Mindhunter, diffusée sur Netflix à partir du 16 août.

La nouvelle saison de la série criminelle co-produite et en partie réalisée par David Fincher, Mindhunter, sera visible sur Netflix à partir du 16 août. L’auteur de Seven, Fight Club et Zodiac, récemment invité d’un podcast de la radio américaine KCRW, s’est montré plus précis sur l’atmosphère et les intrigues de cette saison 2.

Rappelons que la précédente saison de Mindhunter (2017) racontait la création au sein du FBI d’une section entièrement dédiée aux serials-killers à la fin des années 70. On suivait deux agents, sillonner les Etats-Unis afin de s’entretenir avec des tueurs en série. Une étude censée les aider dans leurs futures enquêtes.

Auteur d'un tueur d'enfants

L’intrigue de la saison 2 s’intéresse principalement à la trajectoire de Wayne Williams, un afro-américain accusé d’avoir tué une vingtaine de personnes de sa communauté (principalement des enfants) entre 1979 et 1981. Si Williams a été condamné pour deux de ces meurtres en 1981, les autorités n’ont pas hésité à le rendre responsable des autres homicides. La culpabilité de ce tueur en série fait toujours débat. Cette affaire est connue sous le nom d’Atlanta Child Murder, "le tueur des enfants d’Atlanta".

Dans le postcast Fincher explique : "On pourrait faire trois saisons entières autour de l’affaire du tueur des enfants d’Atlanta, tellement elle est complexe, tragique et violente. Il n’est pas possible de la cerner complètement en seulement  9 heures de programme (…) Cette affaire a beaucoup de ramifications et avait surtout une portée politique." 

Andrew Dominik, grand fan de la saison 1

A noter que contrairement à la saison 1 où la notion de serial-killer restait confidentielle, en 1979 date du début des crimes supposés de Wayne Williams, les journaux font la une avec ces criminels d’un nouveau genre. David Berkowitz dit Son of Sam, Charles Manson (incarné pour l'anecdote par le même acteur que dans Once Upon a Time Hollywood de Quentin Tarantino) ou encore le Zodiac, sont devenus des personnalités qui horrifient et fascinent la société. Ce contexte particulier est au cœur de cette saison 2 dont la plupart des épisodes est réalisée par David Fincher himself et le cinéaste néo-zélandais Andrew Dominik (L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford…), grand fan de la première saison.

Fincher : “J'ai reçu un coup de fil d'Andrew Dominik qui avait vu la saison 1 et m'a dit : 'j'aimerai vraiment faire quelque chose sur la saison 2'. On l'a fait rentrer dans l'équipe. Quand Dieu t'offre une excellente idée, prends-là. Quand on s'est assis pour en parler la première fois il a dit : 'qu'est-ce qui semble vraiment américain dans ce monde ? Il se passe quelque chose de ce point de vue'. J'ai répondu que c'était un show sur le narcissisme. C'est un show sur le besoin d'être vu". 

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix, #lesbien

Repost0

Publié le 14 Juillet 2019

David Fincher en personne vient de dévoiler la date du retour de sa série sur la naissance des profilers.

C’est le site The Fincher Analyst qui relaye l’information, dévoilée par David Fincher himself dans une interview pour le podcast The Treatment : la série Mindhunter sera de retour sur Netflix le 16 août. "J'imagine que j’ai le droit de le dire, donc ouais, ce sera le 16", a lâché le cinéaste, toujours maître de ses effets. L’info tombe quelques heures après l’annonce d’une nouvelle collaboration imminente entre le réalisateur de Fight Club et le géant du streaming : le biopic (en noir et blanc !) Mank, consacré à Herman Mankiewicz, frère de Joseph et scénariste de Citizen Kane, qui sera interprété par Gary Oldman. Un doux rêve que Fincher caresse depuis longtemps et qui va enfin voir le jour grâce aux largesses financières de Netflix.

Producteur de Mindhunter, David Fincher sera aussi le réalisateur du premier et du dernier épisode de cette deuxième saison, les autres étant mis en scène par Carl Franklin (qui avait déjà collaboré avec Fincher sur House of Cards) et le génial Andrew Dominik, auteur de L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford. On sait que les protagonistes du show, les agents du FBI Holden Ford et Bill Tench, enquêteront cette année sur les "Atlanta Child Murders", une vague de crimes qui avaient terrorisé la communauté afro-américaine d’Atlanta entre 1979 et 1981. Ils sont aussi censés croiser la route de Charles Manson, incarné par l'acteur Damon Herriman, qui tient également le rôle du gourou sataniste dans le Once upon a time… in Hollywood de Quentin Tarantino. Qui, lui, sort le 14 août. Manson est mort (en 2017) mais son ombre plane plus que jamais sur la pop culture.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix, #lesbien

Repost0

Publié le 11 Juillet 2019

 

Violence, machisme et défonce… Euphoria dresse le portrait féroce d’une jeunesse américaine qui va mal. Pourtant, au-delà de cet océan de tristesse, le teen drama de HBO propose une représentation nouvelle de la fluidité sexuelle et de la transidentité.

C’est la nouvelle série choc de HBO. A mi-chemin entre Skins et 13 reasons Why, Euphoria raconte l’histoire d’une jeunesse américaine qui va mal. Très mal. Drogue, anxiété, harcèlement, binge drinking, revenge porn… Ce teen drama produit par le rappeur Drake, adapté d’une série israélienne, décrit une génération Z dont les « tendres années » frisent le cauchemar. 

Rue a 17 ans et elle sort à peine de cure de désintoxication. Jules est une jeune fille trans récemment arrivée en ville. Entre elles vont naître des liens très forts. Il y a aussi Nate, un sportif dont les problèmes de gestion de la colère cachent difficilement des troubles sexuels plus profonds, sa petite copine Maddy ou encore Kat, qui explore sa sexualité tout en tentant de faire face à la grossophobie dont elle est victime…

Ce petit monde boit, baise, s’embrouille et se défonce jusqu’à saturation. Certes, la série agace souvent par sa recherche insatiable de polémiques, son esthétique clipesque qui romantise des trajectoires hardcore ou sa fierté potache à exhiber un nombre de bites record à la télévision américaine… Mais il faut bien cela pour séduire une jeunesse accro à Tumblr et Instagram.

Un casting malin et respectueux

Car c’est tout l’enjeu. Avec Euphoria, HBO entend draguer un public ado plus prompt à consommer des vidéos sur YouTube ou à binger en deux nuits une saison entière de série Netflix qu’à regarder des programmes en linéaire. Alors pour aguicher les 15-18 ans, le showrunner Sam Levinson (Assassination Nation) a choisi de s’entourer d’un cast malin.

À commencer par Zendaya, l’ex-Disney girl, en ce moment à l’affiche de Spider-Man: Far From Home, qui campe ici Rue, ramène avec elle ses 58 millions de fans sur Instagram et ses 15 millions de followers sur Twitter. L’actrice de 22 ans est parfaite en ado-weirdo-toxico. Un rôle anti-glamour où son personnage passe les premiers épisodes à vomir, faire une overdose ou assis sur une cuvette à pisser à la chaîne sur des drug tests sous le regard réprobateur de sa mère.

Jusqu’ici Hunter Schafer, était connue pour son statut d’égérie pour Marc Jacobs, Dior ou Miu Liu. Si elle débute en tant qu’actrice, c’est pourtant elle la révélation du show. Dans ce rôle de jeune fille trans’ (Schafer est elle-même trans’), elle crève l’écran. 

Après Orange Is The New Black, Pose et même Designated Survivor (la série de Netflix où l’actrice Jamie Clayton joue la belle soeur trans d’un président des Etats-Unis joué par Kiefer Sutherland) les rôles de personnages transgenres joués par des personnes elles-mêmes trans sont en passe de devenir la norme en série, là où le cinéma est toujours aussi rétif au respect de leur juste représentation (GirlThe Danish GirlDallas Buyers Club…) L’episode 4 explore notamment l’enfance de ce personnage complexe et le traitement psychiatrique terrible qui lui a été infligé en raison de sa dysphorie de genre.

L’acteur australien Jacob Elardi est la caution beaugossitude de la série. Il incarne l’archétype de l’athlète de l’école étouffant sous le poids démesuré des ambitions de son père et du machisme ambiant.

Ajoutez à cela la présence de Eric Dane, l’ex-« Docteur Glamour » de la série Grey’s Anatomy qui incarne ici un père de famille doublé d’un prédateur sexuel. Sa performance dans une scène de sexe, taillée pour la controverse, n’a pas manqué d’attirer l’attention des médias sur la série. 

Ouvrir le champ des désirs

Mais au delà du mal-être, des scènes chocs et des dialogues crus, la série laisse entrevoir des instants lumineux aussi fugaces qu’intenses. [ATTENTION SPOILERS:] Comme l’amour/amitié qui nait entre Rue et Jules, dessinant un possible au-delà des frontières des sexualités et du genre.

Homo ou hétéro, cis ou trans, ces labels ne semblent plus avoir de pertinence pour cette génération. Quand ils cessent de la subir, ces ados ne se définissent plus en fonction de leur sexualité : une fille cisgenre est attirée par une fille trans, qui elle semble préférer les garçons ; un garçon cis, au premier abord hétéro, dialogue avec une fille trans via une appli gay… Le champ des désirs semble totalement ouvert sans que les personnages n’éprouvent le besoin de les nommer. Ce rejet des étiquettes, très fort chez la jeunesse américaine comme le prouve une récente étude, la série réussit à le cerner, avec brio. 

Tout comme l’obsession pour les smartphones. Applis de rencontre, textos, sextos, »dick pics », sexcam… La fiction (inspirée par une histoire vraie) souligne au stabilo l’importance démesurée prise par les téléphones mobiles dans nos vies et dépeint, non sans malice, une sexualité désormais inextricablement liée au monde digital. Mais ce n’est pas ce qu’Euphoria décrit le mieux.

Envie de choquer

Dans le troisième épisode 3, à travers une engueulade où Rue reproche à Jules de se mettre en danger en voulant rejoindre de nuit un garçon avec qui elle dialogue via une appli, l’histoire permet une discussion autour de la notion de privilège, « C’est la différence entre toi et moi. Je n’ai pas le privilège de rencontrer les gens en public », lui répond Jules. Cette scène essentielle oblige le public à voir en face les risques auxquels une jeune fille trans doit parfois s’exposer pour espérer avoir une vie amoureuse dans une société transphobe.

Même si l’horizon de la série ne semble pouvoir que s’assombrir, on aimerait voir Euphoria proposer une juste représentation des sexualités queer. Une représentation dépassant l’envie de choquer et résistant avec la même force à l’ellipse et l’envie de faire pudiquement panoter la caméra sur une fenêtre comme dans Call Me By Your Name. Malgré sa noirceur, cette première saison porte en elle assez de place pour imposer une sexualité positive pour ses deux personnages féminins principaux. Et les spectateurs

Source têtu

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 9 Juillet 2019

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 7 Juillet 2019

Netflix diffuse la troisième saison de sa série de science-fiction "Stranger Things" inspirée des années 80.

La saison reprend après les événements de la deuxième saison de 1984 et l'été 1985. Hawkins, dans l'Indiana, fait maintenant face à la puberté, avec de nombreux baisers d'ados, un nouveau centre commercial - oh, des rats et des Russes enragés.
Bien que la saison ressemble beaucoup aux autres, elle comporte un nouvel élément excitant : un personnage lesbien.

Avertissement : spoilers pour Stranger Things saison 3

La grande révélation intervient dans le septième épisode de la saison qui en comporte huit. La nouvelle venue Robin (Maya Hawke, la fille d'Uma Thurman et d'Ethan Hawke) rend visite à Steve Harrington, dans une salle de bains après s'être échappé d'un établissement malfaisant russe situé sous Starcourt, le nouveau centre commercial tentaculaire de la ville.
Plus tôt dans la saison, Robin avait dit à Steve qu'elle avait une "obsession" pour lui. Pensant qu'elle avait le béguin pour lui, il lui dit qu'il a aussi des sentiments pour elle.
Malheureusement pour Steve, Robin clarifie les choses, car son obsession portait sur  Tammy Thompson. Elle voulait savoir ce que Steve avait et qu'elle n'avait pas pour ne pas captiver Tammy.
« Mais c'est une fille », répond Steve.
Robin lève les sourcils jusqu'à ce qu'il comprenne.
Mais la meilleure partie de cette scène est la manière dont Steve accepte immédiatement qui est Robin, et sa révélation ne fait que renforcer leur amitié. Steve n'est pas en colère ou blessé, et les deux finissent par rire ensemble sur le sol de la salle de bain.
Netflix a déjà renouvelé Stranger Things pour une quatrième saison. Nous espérons donc que Robin restera.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien, #Netflix

Repost0

Publié le 30 Juin 2019

13 nouveaux épisodes pour 2020 avec la famille Alvarez.

D'habitude, c'est Netflix qui sauve les séries annulées par les chaînes de télé américaines. Une fois n'est pas coutume, l'inverse vient de se produire. La petite chaîne Pop vient de reprendre à son compte la série familiale One Day at a Time, intitulée en Français Au fil des Jours. Elle a commandé une saison 4 de 13 épisodes, quatre mois après l'annulation du show par la plateforme de streaming. Notons que cette saison 4 sera ensuite proposée en rediffusion, sur CBS.

Le créateur, Norman Lear est ravi : "Il y a trois mois, la nouvelle de l’annulation de notre bien-aimée Au fil des Jours m'avait brisé le cœur. Aujourd'hui, je suis ravi de savoir que la famille Alvarez vivra. Merci à mon partenaire producteur, Brent Miller, et à Sony, pour n'avoir jamais abandonné la série, nos acteurs ou la possibilité qu'un réseau câblé puisse enfin reprendre une série annulée issue d'un service de streaming."

Cette saison 4 d'Au fil des Jours est prévue en 2020. Reste à savoir où elle sera diffusée en France, puisque ce ne sera plus sur Netflix...

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Netflix

Repost0

Publié le 27 Juin 2019

23 millions de comptes ont déjà regardé la série dans le monde.

Sortie le 31 mai dernier, la mini-série Netflix Dans leur regard (When They See Us) a fait sensation auprès de la critique et du public. Elle est même devenue l'une des séries les plus regardées de l'Histoire de la plateforme.

Composée de quatre épisodes, elle suit l’histoire vraie du soi-disant Central Park Five, un groupe de jeunes afro-américains qui a été reconnu coupable d’un viol qu’ils n’ont pas commis en 1989.

La créatrice Ava Duvernay révèle aujourd'hui que 23 millions de comptes Netflix se sont connectés et ont regardé Dans leur regard depuis sa sortie :

"Imaginez que le monde se fiche des histoires vraies sur les Noirs. Cela m'a toujours rendu triste. Netflix vient de me dire que plus de 23 millions de comptes dans le monde ont regardé #WhenTheySeeUs, j'ai pleuré. Nos histoires sont importantes et peuvent voyager à travers le monde. Une nouvelle vérité pour un nouveau jour. "

Auparavant, Netflix avait déjà annoncé que Dans leur regard était la série la plus regardée aux États-Unis chaque jour sur Netflix.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #Trans&transgenre, #Netflix

Repost0

Publié le 26 Juin 2019

Les adieux à Litchfield commencent.

La conclusion épique d’Orange is the New Black arrive sur nos écrans. La saison 7 finale se dévoile un peu plus aujourd'hui avec cette bande-annonce longue, dévoilée par Netflix.

Une vidéo qui contient des images anciennes et nouvelles, et offre un aperçu des personnages que nous n'avons pas vus depuis longtemps, notamment Sophia, Healy, Big Boo, Soeur Ingalls et Poussey... 

Dernier point, mais non le moindre, le retour du poulet. Cette fois-ci, c’est Suzanne qui remarque le volaille mythique et sauvage.

Ces 13 derniers épisodes d'Orange is the New Black se concentreront sur Piper alors qu’elle lutte pour s’adapter à sa vie à l’extérieur de la prison, alors que les choses à l’intérieur de Litchfield Max sont "plus corrompues et injustes que jamais"... La dernière saison d'Orange is the New Black arrivera le 26 juillet sur Netflix.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay, #lesbien, #Netflix

Repost0