sorties cinema

Publié le 12 Mai 2018

Vincent Lacoste, l'acteur principal et coup de coeur inattendu du superbe film de Christophe Honoré, "Plaire, aimer et courir vite" s'épanche sur les scènes de sexe et ce rôle à contre-emploi.

S'il avait été un début d'objet de désir pour Virginie Efira et la réalisatrice Justine Triet dans le très réussi Victoria, Vincent Lacoste crève définitivement l'écran dans un rôle aux antipodes de ce à quoi le jeune acteur nous a habitués jusqu'ici. Elle est loin la révélation de Riad Sattouf dans Les Beaux Gosses, une comédie à succès dans laquelle le jeune garçon se posait en ado un peu moche et benêt, dans les balbutiements de sa sexualité. Dans Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, il incarne aussi un jeune homme qui se cherche. Mais il est beau, notamment lorsque la caméra le suit dans ses ébats sexuels avec Pierre Deladonchamps.

"Je n'ai pas vraiment eu peur quand j'ai lu le scénario. C'est plutôt ensuite que je me suis demandé comment j'allais faire pour jouer ça. D'autant qu'il était encore plus sexuel dans le film, avoue l'intéressé dans une interview aux Inrockuptibles. Il y avait des choses assez crues, des indications comme 'ils font un plan à trois'."

 

 

 

Mine de rien, je n'avais jamais embrassé un garçon avant

"Mais j'avais envie de tester de nouvelles choses, poursuit l'acteur. Et Honoré a toujours été hyper respectueux et attentif vis-à-vis de notre corps. Il mimait les scènes de sexe, il ne nous balançait pas juste, 'Bon bah là, vous vous foutez à poil et vous baisez'." Ne vous attendez pas à voir une polémique à La Vie d'Adèle avec deux acteurs masculins qui auraient été humiliés, ressurgir. "Une scène de sexe n'est qu'une expression amoureuse comme une autre, affirme de son côté Christophe Honoré dans Paris Match. Il faut éviter d'être dans la performance." À Vincent Lacoste de confirmer : "Concernant les scènes de sexe, grâce à Pierre, c'était assez joyeux. J'étais un peu stressé par ça, assez intimidé même et il m'a mis très à l'aise. Mine de rien, je n'avais jamais embrassé un garçon avant."

"Par rapport à mes rôles précédents, j'ai l'impression que je devais faire un chemin plus grand vers le personnage. Il est peut-être celui qui est le moins proche de moi, estime Vincent Lacoste. En plus de son orientation sexuelle, il a très confiance en lui, il est très conquérant, très sexuel. C'est nouveau pour moi de me voir filmer de cette manière." Si l'acteur de 24 ans ne semblait pas être une évidence, de part son parcours, il était totalement légitime pour Christophe Honoré. "Je ne voulais pas d'un jeune acteur au look de minet. Vincent a une séduction différente, hors des codes gay", assure le cinéaste.

Interview à retrouver dans Les Inrockuptibles, en kiosques depuis le 7 mai 2018.

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Cannes 2018

Repost0

Publié le 11 Mai 2018

C’est un retrait qui fait beaucoup de bruit au Festival de Cannes. Mario, un film de Marcel Gisler qui devait être diffusé lors de la Compétition Cannes Juniors 2018 a mystérieusement été retiré malgré sa classification « tous publics ». Discrimination homophobe, vraiment ? On fait le point

C’est avec une réelle surprise que le distributeur français de Mario, Epicentre Films, a appris, dans un communiqué publié par le festival, que celui-ci était malheureusement retiré de la compétition. Pour justifier ce retrait, le communiqué reste assez vague. Pour autant, la décision ne viendrait pas du festival mais des professeurs chargés d’accompagner les collégiens lors des projections : « des professeurs se seraient opposés à sa projection à cause de certaines scènes qui seraient susceptibles d’heurter leur public. »

UNE MESURE DISCRIMINANTE TÉMOIGNANT D’UNE CENSURE INJUSTIFIÉE D’UN AUTRE ÂGE.

Pourtant, la CNC (Commission Nationale du Cinéma) a été très clair dans sa classification : le film est « tous publics » et peut donc être vu par n’importe qui. Il peut être utile de rappeler qu’il ne s’agit aucunement d’un film érotique, voir pornographique comme certains semblent le croire, mais d’un métrage militant contre l’homophobie dans le football. Il s’agirait donc, en effet, d’une décision purement arbitraire et homophobe. Epicentre Films a d’ores et déjà annoncé qu’il condamnait fermement cette décision décrite comme « une mesure discriminante témoignant d’une censure injustifiée d’un autre âge ».

Si le festival n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet et développer sa décision qui ne risque malheureusement pas d’évoluer, nous vous rappelons que le film sera tout-de-même projeté lors d’une séance spéciale en présence du réalisateur le mercredi 16 mai à La Licorne (Cannes) et qu’il sortira dans les salles le 1er aout 2018. On l’a vu et on peut déjà vous dire qu’on s’est régalés !

Plus d’infos :
 epicentrefilms.com

Source garçonmagazine

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Cannes 2018, #homophobie

Repost0

Publié le 11 Mai 2018

L'Américain Bradley Cooper incarnera prochainement le compositeur Leonard Bernstein sur grand écran dans un long métrage qu'il mettra lui-même en scène.

La semaine dernière, on apprenait que Jake Gyllenhaal incarnerait Leonard Bernstein sur grand écran dans un long métrage intitulé The American, réalisé par Cary Fukunaga. Aujourd'hui, un projet concurrent est annoncé, le site Deadline rapportant que Bradley Cooper se glissera également sous les traits du célèbre compositeur de West Side Storyet Sur les quais dans un projet sobrement baptisé Bernstein, dont il assurera également la réalisation.

Les sociétés Paramount Pictures et Amblin, aux commandes du long métrage, ont bouclé un accord exclusif avec les héritiers de Bernstein leur permettant notamment d'avoir un accès exclusif aux chansons de ce dernier. Bradley Cooper, qui écrira le scénario en compagnie de Josh Singer, oscarisé pour son travail sur Spotlight, sera également l'un des producteurs du projet en compagnie de, s'il vous plaît, Steven Spielberg et Martin Scorsese. Ce dernier fut un temps pressenti pour réaliser le film avant de se tourner vers The Irishman.

Bernstein sera la seconde réalisation de Bradley Cooper. Son baptème derrière la caméra, A Star Is Born, film dans lequel il partage l'affiche avec Lady Gaga, sortira dans les salles hexagonales le 3 octobre prochain.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0

Publié le 11 Mai 2018

Premier long métrage de Camille Vidal-Naquet,

Sauvage était présenté aujourd’hui à la Semaine de La Critique.

Nous avons rencontré les comédiens.

Sauvage, un film comme la croisette les aime : fort et sans concession, était donc présenté aujourd’hui à la Semaine de La Critique. Dans la foulée les comédiens, Eric Bernard et Felix Maritaud ont bien voulu répondre à nos questions, car le film en pause forcément. De par son sujet, son traitement, le parcours de ce jeune prostitué gay et SDF incarné par l’acteur de 120 BPM  (Felix Maritaud) ne laissera sans doute pas les spectateurs indifférents.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Cannes 2018, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 11 Mai 2018

Le réalisateur de la première claque cannoise, "Plaire, aimer et courir vite", Christophe Honoré, se confie sur le tournage de son histoire d'amour au masculin et son rapport à l'homosexualité ainsi qu'à la paternité.

Un an après la claque 120 battements par minute, c'est autour deChristophe Honoré d'explorer au Festival de Cannes une histoire d'amour au masculin sur fond de sida au coeur des années 90. Avec Plaire, aimer et courir vite, le réalisateur des Chansons d'amour livre un livre très personnel, quasi autobiographique. "Arthur, le personnage principal [joué par Vincent Lacoste, NDLR], c'est à la fois moi et un autre, assure Honoré dans une interview accordée à Paris Match. Mais il y aussi de moi dans Jacques [Pierre Deladonchamps]. Il est écrivain et père, comme je le suis."

Gay et père de famille, Christophe Honoré se met à nu au travers de ce film à la fois engagé et bouleversant. Sur la comparaison avec 120 battements par minute, de Robin Campillo, Christophe Honoré balaie l'idée et tente d'expliquer pourquoi il a mis autant de temps à faire ce film auquel il pensait depuis plusieurs années. Le sida, la disparition des proches et la culpabilité de ceux qui restent, en est la cause. "C'est aussi pour cela que Robin et moi avons mis plus de vingt ans pour en parler. Il fallait laisser le temps à la maturation. A l'acceptation, aussi", dit-il.

 

Face au débat sur le Mariage pour tous et la GPA, le cinéaste de 47 ans dit l'avoir vécu avec "beaucoup de violence", dénonçant "une résurgence de l'homophobie" et notamment le rapport gay / paternité. "Si je vis mon homosexualité de manière joyeuse, la parentalité est un sujet plus compliqué, reconnaît-il. Je suis un père comblé et je m'étais presque aveuglé sur le sujet. J'étais naïf."

Interview à retrouver en intégralité dans Paris Match, en kiosques dès le 10 mai 2018.

 

Source purepeople

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Cannes 2018

Repost0

Publié le 10 Mai 2018

Rencontre avec le réalisateur de Plaire, aimer et courir vite, ainsi que ses comédiens Vincent Lacoste et Pierre Deladonchamp.

Retrouvez l'interview sur le cite de Première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 9 Mai 2018

Tout commence lors d’un Spring Break où la jeune, jolie et gentille Olivia (Lucy Hale) suit sa meilleure amie Markie (Violett Beane). Elles fêtent ensemble la fin de leurs études et pour cela Olivia a accepté de repousser un stage caritatif. Les filles sont accompagnées de Lucas (Tyler Posey), petit ami de Markie qu’Olivia désire en secret, ainsi que de plusieurs amis dont Bra (Hayden Szeto), un jeune gay pas encore tout à fait out (son shérif de père ne prendrait peut-être pas bien la nouvelle…).

Lors de la dernière soirée de festivités, Olivia se laisse approcher par un bel inconnu, Carter (Landon Liboiron). Il lui propose, à elle et sa bande, de finir la nuit dans un endroit secret. Cet endroit s’avère assez glauque mais le groupe décide de s’amuser malgré tout en jouant à « Action ou vérité ». C’est là que Carter révèle qu’il a piégé Olivia et ses amis, leur refilant une sombre malédiction. Désormais, ils seront contraints de jouer continuellement, chacun leur tour, à une version morbide d’Action ou vérité. Si quelqu’un refuse de jouer, il meurt. Au fil des jours, les morts s’accumulent et les défis donnés se font de plus en plus sadiques et pervers…

Le jeu « Action ou vérité » déployé met le groupe de jeunes héros dans de fâcheuses situations :  l’ado gay dans le placard se voit contraint de faire son coming out.

Actuellement en salle

Source popandfilms

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 8 Mai 2018

Le dernier trailer de  Mamma Mia: Here We Go Again  est arrivé

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 5 Mai 2018

Découvrez  Yanis Marshall, sa doublure française.

Hier, Céline Dion et Deadpool ont enflammé la twittosphère après avoir publié, ce que beaucoup ont pensé être blague: le clip d'"Ashes", chanson spécialement créée pour Deadpool 2.  

Si on ne doute pas un seul instant du talent de danseur de Deadpool, la rédaction est quand même restée perplexe devant celui de Ryan Reynolds qui, on en est certain, doit être l'équivalent d'un John Travolta canadien le samedi soir, sur le dancefloor du Macumba. Nos suspicions se sont révélées vraies, lorsque Ryan Reynolds a publié une photo de lui et d’un inconnu, habillé du costume de Deadpool sur son compte Instagram.

"Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi Ryan Reynolds danse aussi bien ? S’est-il fait retirer 8 os pour bouger aussi gracieusement qu’un cygne qui fait l’amour avec Fred Astaire ?’ La réponse va vous surprendre. Oui. J’ai 8 os en moins dans mon corps. Mais le danseur était Yanis Marshall […]" a-t-il écrit sous sa photo.

Yanis Marshall est un danseur français de 28 ans dont la spécialité, on vous le donne en mille, est de danser sur des talons aiguilles. Comptant plus d'1,5 million d’abonnés sur Youtube et des milliers de vues, il s’était fait remarquer dans Britain’s Got Talent (L’équivalent de La France a un incroyable talent) en 2014 après avoir travaillé avec Kamel Ouali (Star Academy) puis en tant que chorégraphe de certains clips d’artistes françaises comme Jenifer et Lorie.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #danse

Repost0

Publié le 3 Mai 2018

On pensait que c’était une blague, et pourtant, Deadpool a osé. Pour son grand retour intitulé "Ashes", Céline Dion a tourné le clip de sa nouvelle chanson avec un invité bien particulier : Deadpool. 

Si les fans de la "Canadian Queen" attendaient cette mise en ligne religieusement après avoir été prévenus hier que la chanteuse sortirait une nouvelle chanson (link), ceux de Deadpool, eux, ont été pris de court en voyant leur anti-héros préféré aux côtés de Céline Dion. "Showtime, Mama", a d'ailleurs tweeté son compatriote Ryan Reynolds, visiblement ravi de sa surprise.

Avec des airs de "My Heart Will Go On", le morceau fait mouche. Deadpool n’a pas manqué de faire du Deadpool, en dansant sur des talons hauts sur la scène où chante l’artiste, ou en demandant à Céline Dion de recommencer la prise. "C’était très bien, mais c’est Deadpool 2, pas Titanic. Ta voix est trop puissante !", lance-t-il à la star. Ce à quoi la chanteuse répond, en montrant ses cordes vocales: "Ecoute, elles sont toujours à ce niveau-là ! Alors écrase, Spider-Man !". Savoureux.

Deadpool 2, réalisé par David Leitch, avec Ryan ReynoldsMorena Baccarin et Josh Brolin, en salles le 16 mai prochain. 

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #Musique

Repost0