sorties cinema

Publié le 17 Octobre 2017

La chanteuse américaine Cher vient de rejoindre le casting de la comédie musicale "Mamma Mia: Here We Go Again!", suite du long métrage sorti en 2008.

Un nom prestigieux au casting de Mamma Mia: Here We Go Again! Le site Variety a eu confirmation que la chanteuse Cher, Oscar de la Meilleure actrice pour son rôle dans Eclair de lune, figurait au casting de la suite du long métrage sorti en 2008. Rien n'a filtré sur la teneur du rôle que tiendra l'Américaine, qui retrouve un rôle majeur sept ans après Burlesque.

Cher, âgée de 71 ans, a posté ce week-end une photo sur les réseaux sociaux indiquant sa présence au générique. Un cliché visible ci-dessous qui dévoile ce que sera sans doute son costume de scène dans le film

Le long métrage Mamma Mia: Here We Go Again!, actuellement en tournage, sortira en salles le 25 juillet 2018. Meryl Streep, Colin FirthPierce Brosnan et Amanda Seyfried sont de retour au générique, rejoints notamment par Lily James. Pour rappel, le premier Mamma Mia ! a rapporté près de 610 millions de dollars dans le monde et réuni près d'1,6 million de spectateurs dans l'hexagone.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 8 Octobre 2017

À l'occasion de la sortie de sa nouvelle comédie, Coexister, l'humoriste Fabrice Eboué sort un clip de rap complètement barré et convoque Ramzy, Jonathan Cohen et Guillaume de Tonquédec pour chanter Savoir aimer de Florent Pagny 

Non, ce n'est pas un clip de Kaaris, Rohff ou Booba mais bien un extrait issu du dernier film de Fabrice EbouéCoexister ! Le cinéaste parodie de manière grinçante les clips de rap violents aux paroles haineuses en mettant en scène de grands baraqués déversant un message d'amour... sans ambiguité.

Torses bombés et musclés, cagoules gangstas, batte de base-ball et manières de durs à cuir... le tout filmé dans une casse automobile... Fabrice Eboué sort le grand jeu pour cette parodie de clip de rap hilarante aux paroles... sensibles. "Tous mes gars sûrs aiment sucer des bites !" suivi de "je kiffe la sauce blanche mais pas dans mon grec" ! Charmant...

Eboué s'amuse en faisant dire à ces gros durs des mots doux, tentant de faire passer un "message positif" sur la banlieue où tout n'est pas que violences et insultes mais aussi câlins et bisous entre hommes. Fini les paroles autour du bizz, de la thune, de la drogue ou des femmes... et place à la tendresse, aux cagoules arc-en-ciel et kalachs roses !

Source allociné

Je ne sais pas ce que vous en pensez ?

Je sais bien que c'est une comédie mais je ne trouve pas ça particulièrement drôle.

C'est juste glauque...  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 4 Octobre 2017

Un film de .
Nationalité : France
Duree : 1h11 mn
Sortie en salles le 04 Octobre 2017
Année de production : 2016
Pendant un an, deux garçons ont tenté de tomber amoureux l’un de l’autre, en suivant un schéma prédéfini en trois temps : la passion, l’intimité puis l’engagement. À cette expérience se mêlent les conseils de personnes croisées au hasard de soirées ou rencontrées sur Skype, l’observation d’autres mariages… toujours dans le but de sonder l’amour et de répondre à la vaste question, sinon la seule valable en la matière : “Comment ça marche ?”
Carlos et Joseph se sont rencontrés sur Tinder. Au premier rendez-vous, Joseph a proposé à Carlos un pari audacieux : tomber délibérément amoureux l’un de l’autre, alors que la caméra tourne et enregistre les impressions des deux protagonistes, leurs moments de complicité, mais aussi les crises qu’ils traversent, les tensions, les incompréhensions… jusqu’au jour du mariage.

Dans ce film autoproduit, toutes les techniques se valent pour capturer l’amour : du smartphone à la caméra professionnelle, il s’agit toujours de tenter de comprendre pourquoi l’amour s’est retiré de notre modernité, pourquoi elle est le fruit d’un tel désenchantement.
 
Un film de , avec , , , , 
Titre original : LUDWIG (Italie)
Duree : 3h50 mn
Distributeur : Tamasa
Sortie en salles le 18 Octobre 2017
(Reprise, Première sortie le 29 Décembre 1972)
Année de production : 1972
En 1864, Louis II de Bavière est couronné roi. Il n’a que 19 ans et ne s’intéresse guère à la politique, préférant la musique et la littérature. La même année, il fait la connaissance de son idole, Richard Wagner, et décide de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux du chef d’orchestre Hans von Bülow et de sa femme Cosima. Mais quand il apprend que Wagner et cette dernière sont amants, il prie le compositeur de quitter Munich. Bien que son pays soit en guerre contre la Prusse, Louis II se désintéresse totalement du sujet, préférant courtiser sa cousine l’impératrice d’Autriche... puis abandonné par elle, tourmenté par son homosexualité, il deviendra fou et en mourra…
 
Un film de et avec ,  et ...
Nationalité : France
Duree : 1H32 mn
Distributeur : Studio Canal
Sortie en salles le 25 Octobre 2017
Année de production : 2016
Yassine, jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d’architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami. Alors qu’il pense que tout est réglé, un inspecteur tenace se met sur leur dos pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mariage blanc…

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 2 Octobre 2017

Le réalisateur Francis Lee reçoit le 28ème Hitchcock d'Or du meilleur film britannique au Festival de Dinard, tandis que "Pili" de la jeune Leanne Welham décroche une mention spéciale et le prix du public.

Contrastant avec les précédentes éditions, le Jury du Festival du Film Britannique de Dinard a choisi de distinguer pour sa 28ème édition trois premiers films de trois cinéastes venus de Grande-Bretagne. En 2015 et en 2016, le Festival avait remis tous ses prix aux mêmes longs métrages : d'abord à Sauvages du Belge Tom Geens, puis l’année suivante à Sing Street de l'Irlandais John Carney.

Cette année, Seule la Terre de Francis Lee remporte le Hitchcock d'Or, la statuette la plus convoitée. Le film raconte comment un jeune agriculteur alcoolique et homosexuel retrouve goût à la vie en tombant amoureux de son employé roumain. Le réalisateur, absent lors de la remise de prix, a confié à son comédien Ian Hart la mission de le recevoir, tandis que Leanne Welham, réalisatrice de Pili, partageait son bonheur. À 35 ans, elle reçoit une mention spéciale du Jury pour son premier long métrage.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0

Publié le 24 Septembre 2017

Dans son nouveau film, Alaska Is A Drag, l' écrivaine et réalisatrice Shaz Bennett transporte les téléspectateurs dans les endroits les plus improbables de l'Alaska rural.

Le jeune protagoniste Leo (Martin L. Washington Jr.) rêve d'une vie glamour alors qu'il travaille dans les conserves de poisson. Seul jeune gay  dans sa ville natale, Leo est une victime fréquente d'intimidation par son ancien meilleur ami, Kyle (Christopher O'Shea).

Leo apprend à se battre avec l'aide d'un entraîneur de boxe. En chemin, il se fait de nouveaux amis, trouve de nouveaux passe-temps et prends des décisions difficiles qui le forcent à choisir ses vrais amis.

Alaska is a Drag offre un nouveau regard sur la survie des personnes queer dans des environnements hostiles. Le film est le premier long métrage de Bennett ( et une extension de son court métrage du même nom). Directeur expérimenté et scénariste, Bennett a travaillé sur des séries comme The Glades d' A & E et Bosch d'Amazon .

Alaska Is A Drag a été fortement inspiré par les expériences de Bennett qui a grandit à Berry Salt Lake City, dans l'Utah, où elle a également travaillé dans une conserverie de poissons.

"Je pense que nous pouvons tous nous sentir proche de ces luttes quotidiennes et se sentir coincé", dit Bennett. "Leo est un combattant et j'aime bien penser que j'en suis un aussi".

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 17 Septembre 2017

Le nouveau film de Tom of Finland semble absolument incroyable.

Le film, réalisé par Dome Karukoski, suit la vie de Touko Laaksonen, que la plupart d'entre nous connaissent sous le nom de  Tom of Finland.

Touko revient dans son pays après avoir combattu comme officier décoré lors de la seconde guerre mondiale. Il voit la persécution et la haine envers les hommes homosexuels dans son pays, et trouve refuge dans le dessin, créant ses personnages tout de cuir vêtu . Son art contribue non seulement à la culture queer, mais aussi à l'inspiration des homosexuels à vivre une vie authentique et meilleure.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 17 Septembre 2017

Le suspense est terminé ! Sony Pictures a officiellement annoncé il y a quelques heures l’identité de l’actrice qui interpréterait Lisbeth Salander dans le nouveau film de la saga Millénium.

Après plusieurs mois de rumeurs concernant l’actrice qui succèderait à Noomi Rapaceet Rooney Mara dans la peau de Lisbeth Salander dans le nouveau film Millénium, Sony a enfin annoncé son nom. Il s’agit de Claire Foy, bien connue des fans de séries TV puisqu’elle interprète le rôle principal de la série The Crown produite par Netflix.

Elle coiffe donc au poteau Felicity Jones, tête d’affiche de Rogue One - A Star Wars Story, qui était elle aussi courtisée par Sony pour incarner la mystérieuse Lisbeth.

Ce nouveau film réalisé par Fede Alvarez (Don'T Breathe - La Maison Des Ténèbres) sera l’adaptation du roman Ce qui ne me tue pas, le quatrième tome de la saga Millenium, écrit par David Lagercrantz et paru en 2015.

Dans ce roman, Mikael Blomkvist fait face au changement de propriétaire de la revue Millenium et envisage de changer de métier, jugé has-been par ses détracteurs. Il se retrouve au milieu d’une nouvelle enquête impliquant le service de renseignement des États-Unis et entre de nouveau en contact avec Lisbeth.

Le film devrait entrer en tournage en septembre prochain pour une sortie fixée en octobre 2018.

On attend maintenant impatiemment de savoir qui succèdera à Daniel Craig dans la peau de Mikael Blomkvist !

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma

Repost0

Publié le 13 Septembre 2017

Présenté hors-compétition lors du dernier Festival de Cannes, D'Après Une Histoire Vraie réalisé par Roman Polanski dévoile une première bande-annonce anxiogène avec Eva Green et Emmanuelle Seigner.

Adapté du best-seller de Delphine De Vigan, couronné du Prix Renaudot et du Goncourt des Lycéens, D'Après Une Histoire Vraie raconte la relation toxique qu’a entretenue une romancière (Emmanuelle Seigner) avec une autre femme (Eva Green) qui a mis sa vie en danger.

Co-écrit par Olivier Assayas et mis en musique par Alexandre Desplat, le film est attendu dans les salles le 1er novembre prochain.

On peut y retrouver les thèmes chers à Roman Polanski et ces premières images ne sont pas sans nous rappeler Le Locataire ou Répulsion.

Ce film marque un retour aux sources pour Eva Green. En effet, on ne l'avait plus entendue jouer en français depuis Arsène Lupin sorti en 2004. Et puisqu'un bonheur n'arrive jamais seul, on la retrouvera également dans la langue de Molière dans le nouveau film d'Alice Winocour (Maryland) dans lequel elle interprètera une astronaute.

Mais entre temps, Eva Green retrouvera son réalisateur fétiche Tim Burton, puisqu'elle est actuellement en plein tournage du live action Dumbo dans lequel elle campe une trapéziste de cirque nommée Colette.

Chloé Valmary pour comme au cinéma

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 13 Septembre 2017

Pierre Deladonchamps et Céline Sallette sont à l'affiche ce mercredi de "Nos années folles", nouveau long métrage d'André Téchiné, inspiré d'une incroyable histoire vraie, pendant la Première Guerre Mondiale. Le duo se confie à notre micro.

AlloCiné : Nos années folles parle d'une histoire incroyable mais vraie et méconnue de la Première Guerre Mondiale. Pouvez-vous nous présenter cette histoire en quelques mots ?

Pierre Deladonchamps (Paul / Suzanne) : Ca se passe pendant la première guerre mondiale. Paul Grappe que j'interprète est parti au front. Il n'a pas du tout envie d'y aller. A juste titre d'ailleurs car il vit l'horreur. A tel point qu'il s'auto-mutile pour être déclaré inapte à pouvoir user d'une arme. Sa femme qui travaille dans une usine de confection de vêtements l'aide à s'échapper de l'hopital car il est passible de la peine de mort, et à se déguiser en femme pour passer inaperçu parce qu'il devient déserteur. De là part l'odyssée de Paul / Suzanne et Louise.

Nos années folles est aussi une grande histoire d'amour...

Pierre Deladonchamps : Oui, parce que je pense que Paul et Louise ont beaucoup fait de choses dans leur vie par amour. Par amour l'un pour l'autre, mais aussi par amour pour lui-même ou pour le personnage de Suzanne qu'il est devenu par la suite. Mais en tout cas, ils s'aiment tellement que parfois j'ai eu l'impression qu'ils avaient une puissance décuplée, et qui lui se sentait en confiance que quand sa femme n'était pas loin, et que Louise acceptait tout ça de Paul, qu'il l'aimait et qu'il continuait à lui dire et lui faire ressentir. 

Pierre Deladonchamps - Nos années folles

Comment avez-vous abordé la question du travestissement ?

Pierre Deladonchamps : C'est passé comme une lettre à la Poste ! Avec des doutes au début, mais une très grosse envie de prendre les habits d'une femme. J'assume de dire que c'est exaltant. C'est pour ça que tout le monde, dans les soirées, aime bien se déguiser, se travestir, en homme, en femme. Il y avait ce côté jubilatoire, ce côté jeu. Et en même temps, essayer de ne pas aller trop loin dans ce côté jeu, car c'est la vraie vie, c'est sérieux. Il fallait être crédible, il ne fallait pas se faire repérer.

 

Il y avait ce côté jubilatoire, ce côté jeu !

 

En terme de préparation, elle s'est faite avec André Téchiné, la maquilleuse, la coiffeuse… On a cherché les couleurs, les longueurs, les textures de cheveux, le maquillage, les yeux, la bouche… Expérimenter sur mon visage et mon corps des trucs en terme de maquillage, de tenues, de faux seins, de hanches…  La seule chose qui ne me plaisait pas du tout, c'était de m'épiler tout le corps. 

Est-ce que vous avez été surpris par l'affiche du film ?

Pierre Deladonchamps : C'était une exquise surprise ! On a tous les deux très vite aimé. Céline a été surprise que l'on voit autant son anatomie de dos. Mais ça va !

Céline Sallette : Ce n'est pas vraiment mon anatomie, c'est tout à fait retouché ! Ce n'est pas très retouché, mais c'est toujours un peu arrangé ! (sourire)

Pierre Deladonchamps : Toute l'image de manière générale est prise d'une scène qui a réellement existé dans le film. C'est une affiche sublime, elle me plait beaucoup. Elle représente bien le film.

Que représente le cinéma d'André Téchiné pour vous ? Peut être même que ses films ont compté dans votre cinéphilie ou votre vocation ?

Pierre Deladonchamps : J'aime voir des films mais je ne sais pas si je peux dire de moi que je suis un cinéphile. Je ne suis pas un cinévore, je ne vois pas tout. Je n'ia pas la culture de tous les films français ou du monde.

Mais ce que je savais d'André, c'est que c'était un grand metteur en scène. De ce que j'ai vu dans ses films, c'est que les acteurs sont toujours dirigés d'une manière assez particulière, qu'on a ressenti, nous, pendant le tournage. Sa façon de nous diriger était un peu « à la serpe » : il débroussaille beaucoup, il garde l'essence. Une fois qu'il a l'essence, on repart de zéro et on garde ça pour aller dans notre terrain de jeu avec notre liberté. C'est très impressionnant.

 

Rencontrer André Téchiné a profondément changé ma manière d'être, de jouer, de travailler

 

Céline Sallette : Je ne me suis jamais projetée dans le métier avec des films de cinéma parce que j'ai vraiment commencé par le théâtre. Mon expérience du métier d'actrice a vraiment été une expérience intérieure, donc je ne peux pas tellement dire qu'André ou un autre cinéaste ait compté dans le fait qu'il soit advenu que je fasse du cinéma.

En revanche, je sais que le rencontrer a profondément changé ma manière d'être, de jouer, de travailler, parce qu'il a une exigence et un œil dingue, qu'il est dans un rapport à la vérité qui est assez saisissant. Par ailleurs, sa bienveillance, sa joie, sa jubilation de faire du cinéma, son amour du cinéma ont fait qu'on a vécu de grandes choses sur ce tournage. C'était très intense.

Source allociné

La bande-annonce de Nos années folles :

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 10 Septembre 2017

Ce sera l’un des films événements de la fin d’année 2017. « Marvin ou la belle éducation » est librement inspiré du best seller d’Edouard Louis, « En finir avec Eddy Bellegueule ». L’itinéraire d’un garçon gay qui étouffe dans sa Province, victime notamment d’un père tyrannique. Grâce à l’art, et ici au théâtre en particulier, il arrivera à « monter à Paris », et petit à petit s’affirmer.

Derrière la caméra, Anne Fontaine, une réalisatrice à la filmographie inégale mais qui a déjà réussi à nous séduire plusieurs fois (« Nettoyage à sec », « Entre ses mains », « Perfect Mothers »). Devant l’objectif, notre chouchou Finnegan Oldfield qui devrait sans mal se retrouver dans la liste des espoirs masculins aux prochains César.

La bande-annonce annonce un film semblant brasser quelques clichés mais puissant : notamment dans sa dernière partie, on sent l’émotion monter. Et la présence d’Isabelle Huppert au générique n’est pas pour nous déplaire. Sortie en salles prévue le 22 novembre.

Source popandfilms

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #sorties cinéma

Repost0