theatre et culture

Publié le 1 Octobre 2021

Entretien avec Éric Marty, comédien, auteur et metteur en scène basé à Verneuil-sur-Seine. Avec ses comédiens, il peaufine sa troisième comédie que l’on pourra découvrir en mars prochain à l’espace Maurice-Béjart.


Comment est née l’histoire de votre nouvelle comédie Et si on se disait tout ?
Elle est née pendant le dernier confinement. J’avais du temps et j’adore écrire. Je voulais faire une comédie avec un peu plus d’émotions. Pendant environ un mois et demi, j’écrivais tous les matins. On l’a retravaillé et on le retravaille encore au fur et à mesure des répétitions. Le premier acte a été validé par les comédiens.


Comment s’inscrit-elle dans la continuité des deux premiers spectacles, Adopte un homme.com et Et ta mère, on en fait quoi ?
Ce sont tous des comédies avec un fond social. Cette fois, j’évoque l’homophobie avec trois personnages : un couple qui n’est pas marié et le jeune frère du compagnon, Gilles. Ce dernier est homosexuel. Il l’a caché à plein de gens sauf à sa belle-sœur qui travaille au sein de l’association Le Refuge. Il avait été mis à la porte par son père et son frère ne le sait pas. Gilles est un peu bizarre, hypocondriaque. Depuis la mort de leur père, son grand frère, quelque peu homophobe, l’a pris sous sa coupe. Et au fur et à mesure de la pièce, le grand frère s’aperçoit qu’on lui cache beaucoup de choses.
« C’est ignoble »


Le fait de traiter l’homosexualité et l’homophobie, c’est lié à un contexte particulier actuel ?
C’est toujours d’actualité. Le fait que des parents puissent mettre à la porte leur enfant parce qu’il est différent, quelle que soit la différence, ne plus avoir de relation avec lui, c’est ignoble. D’où l’importance d’association comme Le Refuge qui les sort de la rue, les héberge… Je les ai contactés au début de l’écriture pour leur dire que je parlais d’eux dans la pièce et voir s’il était possible de les rencontrer pour un partenariat ou faire une représentation pour eux. Pour l’instant, ils ne m’ont pas répondu. Après, je ne rentre pas dans le détail de l’association.
Ce sont tous des comédies avec un fond social. Cette fois, j’évoque l’homophobie avec trois personnages : un couple qui n’est pas marié et le jeune frère du compagnon, Gilles. Ce dernier est homosexuel. Il l’a caché à plein de gens sauf à sa belle-sœur qui travaille au sein de l’association Le Refuge. Il avait été mis à la porte par son père et son frère ne le sait pas. Gilles est un peu bizarre, hypocondriaque. Depuis la mort de leur père, son grand frère, quelque peu homophobe, l’a pris sous sa coupe. Et au fur et à mesure de la pièce, le grand frère s’aperçoit qu’on lui cache beaucoup de choses.

C’est vous qui jouez le rôle de Gilles, je crois.
Oui, pour des raisons pratiques même si ce n’est pas évident car j’ai repris la mise en scène. On joue la première en mars et on fera des avant-premières en janvier. Si j’avais un comédien disponible rapidement, je pourrai ne faire que la mise en scène. Ceci dit, j’adore jouer aussi.
Première à Verneuil le 27 mars


Où en êtes-vous dans la création des costumes, des décors ?
On a bien avancé avec les décors. On tourne toujours avec Et ta mère on en fait quoi ? On va jouer dans le Val-d’Oise le 8 octobre et aux Clayes-sous-Bois en décembre et les décors de la pièce servent, en les transformant à Et si on disait tout ? Au niveau des répétitions, on a commencé en mai. On est en résidence à l’espace Maurice-Béjart de Verneuil et on y présentera la pièce dans le cadre de la saison culturelle le 27 mars. La pièce va durer une heure quinze, environ avec des décors adaptables. C’est un format qui permet de s’adapter à tous les lieux dans le cadre de la tournée.


Pratique : Et si on se disait tout ?, de et avec Eric Marty, Sylvie Belzanne et Benjamin Boland, à découvrir le 27 mars à l’espace Maurice-Béjart de Verneuil-sur-Seine. Rens. : www.aventuresartistiques.com

Source actu78

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture, #homophobie

Repost0

Publié le 3 Juin 2021

Dès le 17 juin 2021, pour la première fois en France, un musée d’histoire retrace de manière chronologique et thématique l’histoire de la persécution des homosexuels et lesbiennes sous le Troisième Reich en s’appuyant sur une riche sélection de documents pour la plupart jamais présentés en France.  

 

Longtemps tabou, le destin des « triangles roses », s’il est, depuis une trentaine d’années, l’objet de recherches historiques de premier plan, reste encore méconnu du grand public. Ce n’est qu’à la faveur du mouvement de libération gay et lesbien des années 1970 que le sujet commença à être débattu, soulevant de nombreuses questions, constituant autant d’enjeux mémoriels : quelle fut la nature des persécutions ? Combien de personnes furent touchées ? Tous les homosexuels furent-ils visés ? Quel fut le sort des lesbiennes ? Quels furent les territoires concernés par la répression, notamment en France ? Comment honorer le souvenir des victimes ?

 

 

Infos pratiques

Mémorial de la Shoah

17 rue Geoffroy l'Asnier - Paris 4e

01 42 77 44 72

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture, #Expo gay

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

 

Mémorial de la Shoah

17 rue Geoffroy l'Asnier -

Paris 4e

01 42 77 44 72

15 avril 2021 - février 2022

 

« Enjeu de mémoire, le destin des "triangles roses" a longtemps été invisibilisé. Cette exposition entend rendre compte, grâce à de nombreux documents originaux, du sort des homosexuels et des lesbiennes sous le régime nazi, entre stigmatisation, persécution et lutte pour la reconnaissance. »

Florence TAMAGNE, commissaire scientifique de l’exposition

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Lille

 Spécialiste de l’histoire de l’homosexualité

 

En 2021, pour la première fois en France, un musée d’histoire retrace de manière chronologique et thématique l’histoire de la persécution des homosexuels et lesbiennes sous le Troisième Reich en s’appuyant sur une riche sélection de documents pour la plupart jamais présentés en France.  

 

Longtemps tabou, le destin des « triangles roses », s’il est, depuis une trentaine d’années, l’objet de recherches historiques de premier plan, reste encore méconnu du grand public. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, rares furent les hommes et femmes homosexuels à témoigner du sort qui fut le leur sous le régime nazi. En Allemagne, ils se virent nier le statut de victimes, du fait notamment du paragraphe 175 du Code pénal allemand, criminalisant les relations sexuelles entre hommes, qui resta en vigueur après 1945.

 

Ce n’est qu’à la faveur du mouvement de libération gay et lesbien des années 1970 que le sujet commença à être débattu, soulevant de nombreuses questions, constituant autant d’enjeux mémoriels : quelle fut la nature des persécutions ? Combien de personnes furent touchées ? Tous les homosexuels furent-ils visés ? Quel fut le sort des lesbiennes ? Quels furent les territoires concernés par la répression, notamment en France ? Comment honorer le souvenir des victimes ?

 

S'appuyant sur une variété de documents, la plupart jamais présentés en France, cette exposition se propose de répondre à ces multiples interrogations en replaçant la persécution des femmes et des hommes homosexuels sous le régime nazi dans un cadre géographique large - même si l’Allemagne et la France seront privilégiées - et dans le temps long.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Exposition gay, #théatre et culture

Repost0

Publié le 8 Février 2021

  • 20h56
  •  
  • dimanche21février
Ça reste entre nous
  •  
  • Pièce de théâtre
  • Avec : Isabelle de Botton, Marie-Hélène Lentini, Pierre Douglas, Bruno Chapelle
  • Durée : 1h33mn
  • Pays de production : France

 

 

 

 

 

 

Lorsque dans la même soirée, une même famille apprend le mariage des enfants et le divorce des parents, on peut s'attendre à quelques moments explosifs. Et quand en plus, un léger détail imprévisible tombe sur la famille, la soirée devient carrément volcanique. Mais l'essentiel est que "ça reste entre nous".

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 22 Décembre 2020

Crise sanitaire oblige, les théâtres sont fermés. Mais Pierre Palmade est bel et bien monté sur scène avec ses camarades pour la pièce "13 à Table" qu'il met en scène. Le show est retransmis ce mardi 22 décembre 2020 sur France 2.

Ce mardi 22 décembre 2020, en pleine crise sanitaire liée à la Covid-19, Pierre Palmade renoue avec le théâtre... ou presque. France 2 diffuse dès 21h05 13 à Table, un classique du théâtre de boulevard qu'il devait jouer au théâtre Saint-Georges, dans le 9e arrondissement de Paris. Mais le virus a tout chamboulé. Le comédien de 52 ans se retrouve quand même sur les planches, sans public, pour une captation pour la télévision.

l'origine, 13 à Table a été écrite par Marc-Gilbert Sauvageon représentée pour la première fois en 1953. C'est donc soixante-sept ans plus tard que Pierre Palmade, qui a déjà mis en scène la pièce en 2012, propose sa version. Il y incarne Antoine, qui accueille avec sa femme Madeleine, campée par Virginie Hocq, ses invités pour le réveillon de Noël. Tout tourne mal lorsque Madeleine, superstitieuse, s'aperçoit qu'ils seront treize à table !

 

LA PIÈCE REVISITÉE PAR PIERRE PALMADE

"C'est un peu compliqué en ce moment de faire du théâtre en public, donc j'en fais pour la télévision. C'est une façon de continuer à faire mon métier", confie Pierre Palmade à nos confrères de Midi Libre. Lui qui a revisité ce classique du théâtre de boulevard en confiant le rôle principal à un homme se confie à Ouest-France sur sa version de 13 à Table : "J'ai un peu modernisé la pièce, qui datait de 1953 et je l'ai surtout coupée. Elle durait quand même 2 h 20, se souvient-il. Le public en gardait un bon souvenir, notamment avec Marthe Mercadier, puis il y avait ce comédien, Jean Leduc, qui adorait les emplois féminins, car il était très précieux et avait une façon de très bien jouer les grandes dames. J'avais alors transformé la pièce pour un couple homosexuel."

Pierre Palmade et Virginie Hocq donnent la réplique à Benjamin Gauthier, Joffrey Platel, Agnès Miguras, Christophe Canard ou encore Sandra De Jesus.

Rendez-vous ce mardi 22 décembre 2020 dès 21h05 sur France 2 afin de suivre la représentation de 13 à Table, une pièce mise en scène par l'acteur et humoriste Pierre Palmade.

Source purepeople.com 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #programmes télé gay, #théatre et culture

Repost0

Publié le 12 Août 2020

Avec le confinement, Pierre Palmade n'a pas chômé ! Il a écrit la pièce "Assume, bordel !", qu'il joue désormais sur la scène du théâtre du Marais, à Paris. L'occasion pour le comédien de mettre les choses au clair après la polémique liée à ses propos sur l'homosexualité.

Pierre Palmade a remis sa vie sur de bons rails après une période compliquée. L'artiste, qui divise son temps entre Paris et sa nouvelle maison de Cély-en-Bière, est accaparé par le travail et cela lui fait le plus grand bien. Il propose désormais la pièce Assume, bordel ! Un spectacle qui lui permet de régler quelques comptes.

 

Au théâtre du Marais, dans le 3e arrondissement de la capitale, Pierre Palmade donne la réplique à Benjamin Gauthier, l'un des pensionnaires de sa troupe. Les deux hommes incarnent un couple gay en proie aux tourments de la vie quotidienne. L'un n'assume pas son homosexualité quand l'autre est militant... Cela fait forcément écho au comédien de 52 ans, dont les propos sur la manière dont il voit et vit son homosexualité lui ont valu des critiques d'une partie de la communauté. En 2019, il déclarait notamment dans ONPC qu'il faisait le tri entre "les gays qui mangent gay, qui vivent gay, qui rient gay (...) et les homos, des gens qui sont homos, mais ce n'est pas marqué sur leur front". Auparavant, il avait admis que son homosexualité le rendait triste, qu'il avait besoin de boire pour l'oublier ou de consommer de la drogue.

 

 

Interrogé par l'AFP sur ce spectacle, Pierre Palmade met les choses au clair. "Je n'avais pas bien digéré ce malentendu avec la communauté gay... Avec cette pièce, j'espère me faire pardonner des gens qui m'ont mal compris (...) Cette pièce n'est pas un mea culpa car je n'ai commis aucune faute. J'ai été surtout mal compris et de manière disproportionnée. Je ne peux pas être en conflit avec ma communauté", a-t-il ainsi confié.

A noter que dès octobre, l'humoriste reprendra la tournée de Pierre Palmade joue ses sketches. "Je reprends mes sketches préférés avec toutes les formes d'humour que j'ai abordées : l'observation, le cynisme et un peu de poésie aussi (...) Il y a un peu de gravité qui sert l'humour, je crois...", a-t-il ajouté.

Source Purepeople.com 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #people, #théatre et culture

Repost0

Publié le 6 Juillet 2020

Pierre Palmade va jouer et mettre en scène un spectacle inédit en duo avec le comédien Benjamin Gauthier à partir du 5 août à l'affiche d'une petite salle parisienne, le Théâtre du Marais, a annoncé lundi l'humoriste.

Sur sa page Facebook, Pierre Palmade précise que ce spectacle sera une "version gay" de "Ils s'aiment", la saga sur la vie de couple jouée sur scène avec Michèle Laroque, puis Muriel Robin.

"Ce sera surtout un plaidoyer pour la tolérance à tous les niveaux: les engueulades drôlissimes d'un couple de garçons, chacun ne vivant pas son homosexualité de la même façon !", ajoute Pierre Palmade.

"Assume, bordel!" sera joué jusqu'au 11 septembre les mercredis, jeudis et vendredis à 20H00.

Avant une autre salle parisienne, Pierre Palmade reprendra sa tournée avec un spectacle réunissant ses sketches les plus célèbres depuis ses débuts.

Source e-llico 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 7 Juin 2020

Et Dieu créa Yvette (2020))

Documentaire

 

 

Elle a créé les tubes « Mon York, mon York », « J’aime les bananes », « L’éloge des jeunes » ou encore « La Leglaire Dance ». En 75 ans de carrière, Yvette Leglaire a tout d’une star internationale. Mieux, elle est devenue un mythe, un peu mité, et tellement imité ! De récitals en hommages, la vieille chanteuse raconte sa vie, son parcours, ses amours, sans rien nous épargner. Et personne ne lui prendra sa liberté de chanter !

Ce documentaire rend un bel hommage à une artiste hors du commun.

Il donne envie d'aller voir ses spectacles et de la découvrir sur scène.

Pourquoi pas imaginer une diffusion TV d'une de ses représentations pour toutes les personnes qui n'ont pas la chance de pouvoir se déplacer sur Paris.

Le doc alterne entre témoignages d'artistes et de proches d'Yvette avec quelques extraits de ses apparitions. On entrevoit le personnage mais rien de l'artiste qui se cache derrière. C'est dommage, car j'aurai aimé le connaître un peu plus.

On peut regretter la qualité du son des enregistrements des spectacles. Mais malgré tout, on comprend tout de suite la qualité des réparties, le sens de l'humour, l'auto-dérision et la vivacité d'esprit d'Yvette.

Si vous avez envie d'un peu de rigolade,

A voir sur Queerscreen : Et Dieu créa Yvette 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #humour, #théatre et culture, #sorties dvd, #Documentaire

Repost0

Publié le 21 Mai 2020

Pendant le confinement, afin de me changer les idées et rigoler un peu, j'ai regardé pas mal de comédies de boulevard. 

Dans plusieurs d'entre-elles, il y avait le personnage gay de service. J'avoue être un peu perplexe, car le ressort comique de ces pièces, c'est la caricature de ces personnages. Alors oui, j'ai trouvé l'écriture du rôle de l'homosexuel outrancière dans beaucoup de ces pièces. Mais j'ai aussi beaucoup ris.

Donc voici quelques titres à voir au second degré  wink

Ma belle-mère et moi 9 mois après

Julien, présentateur télé et Zoé, sa femme attendent un heureux événement. Une jolie petite fille est sur le point de voir le jour. Si la joie et le bonheur comblent les parents, la nouvelle doit rester secrète. En effet, la ménagère de moins de 50 ans ne verrait pas d’un bon œil son présentateur chouchou devenir l’homme d’une seule femme. Les audiences seraient catastrophiques.

Solange, la détestable belle-mère, enceinte de Yoann, l’homme de maison, sur le point d’accoucher, va trouver là le moyen de faire chanter son beau-fils. Yoann va, c’est ce qu’il pense, mettre au point un scénario infaillible pour sauver son ami/patron.

La maladresse, l’avidité, la naïveté et la fierté de chacun de ses personnages vont mettre ce plan à mal. La vérité sera-t-elle rétablie ? Sans doute, mais à quel prix ?

Bonjour ivresse

Benoît retrouve dans son coffre à jouets une liste de choses qu'il s'était promis de faire avant ses 30 ans. Problème : il a 30 ans demain !

Entre sa sœur coincée, sa meilleure amie alcoolique mondaine assumée et un invité surprise, il va passer une soirée d'anniversaire explosive et pleine d'ivresse au milieu de ses secrets et souvenirs d'adolescent.
Juste une mise au point pour pouvoir enfin grandir ? Une comédie décomplexée, aux répliques assassines et au rythme survolté !

Coup de griffe

La prestigieuse maison de couture Laurence Duchenal subit de plein fouet une concurrence redoutable de nouveaux et jeunes créateurs. Sa clientèle déserte ses collections.
Trop autoritaire et intransigeante avec elle-même et son personnel, Laurence Duchenal comprend qu'elle doit agir au plus vite. Une rencontre va tout changer !

Elle surprend dans ses ateliers le fils de sa gardienne qui semblait bien vouloir la voler. Surprise, intriguée puis séduite par son charisme, elle l'embauche comme chauffeur.
Ce garçon modeste, généreux et de surcroît passionné par la mode, va bouleverser ses certitudes, sa situation familiale et professionnelle. Des étincelles, un sacré remue-ménage va avoir lieu avenue Montaigne...

 

A voir sur mycanal : coup de griffe

Dîner de famille

A l'occasion de ses 30 ans, Alexandre souhaite demander à ses parents d'être les témoins de son mariage.

Son père qui est gay, animateur de télé parisien, et sa mère, femme au foyer provinciale, sont fâchés depuis sa naissance.
Alexandre va utiliser de faux prétextes pour les réunir...
Le dîner de famille va-t-il totalement partir en vrille ?

Oui !

C'est le plus beau jour de leur vie !

Dépassés par l'organisation de leur mariage, Valérie et Stéphane décident de faire appel à un spécialiste.
Walter Craig, organisateur de mariages très parisien débarque dans leur petit pavillon de banlieue.
Une rencontre improbable, explosive... et hilarante.

Deux hommes tout nus

Alain Kramer, avocat sérieux et mari fidèle, se réveille nu chez lui avec un de ses collègues de bureau. L'incompréhension est totale, et aucun des deux hommes n'arrive à expliquer comment ils ont pu se retrouver dans cette situation. Quand la femme de l'avocat découvre les deux hommes dénudés dans son salon, Kramer invente l'importe quoi pour sauver son couple. Il est prêt à tout pour rétablir une vérité qui lui échappe.

Où se trouve la vérité ? Dans le salon de Kramer, ou dans son inconscient ? Quand on fouille au fond de soi, sait-on jamais ce qu'on va trouver ?

Elles s'aiment depuis 20 ans

En 1996, Muriel Robin, Michèle Laroque et Pierre Palmade créent le spectacle « Ils s’aiment ». Une performance coécrite en trois semaines par Muriel Robin et Pierre Palmade, qui rencontre un énorme succès. Il y aura deux suites : « Ils se sont aimés » et « Ils se re-aiment ». Vingt ans plus tard, les humoristes montent sur la scène de l'Opéra de Reims pour interpréter les meilleurs sketches de ce triptyque conjugal. Plus qu’un best of, c’est un nouveau divertissement qui retrace la vie du couple Isabelle et Mathilde.

Pourvu qu'il soit heureux

Trois acteurs. Trois actes. Trois points de vue différents d’une même situation : la découverte par deux parents, Claudine et Maxime, de l’homosexualité de leur fils. La comédie de Laurent Ruquier nous convie à une confrontation familiale. Plutôt ouverts d'esprit (on est en 2018 !), Claudine et Maxime vont réaliser que certains sujets sont plus délicats à aborder lorsqu’on est directement impliqué…

Pourvu qu’il soit heureux nous interroge, avec humour et émotion, sur la famille. Pourquoi fait-on des enfants ? Que peut-on attendre de sa famille ? Et si c’était votre fils ? Et si c’était vous ?

Pas folle la guêpe

Quelques semaines après son retour dans la ville de sa jeunesse, la détestée Irma Santos est assassinée dans sa boutique de vêtements de luxe.

On découvre dans sa main, un bout de papier griffonné: "Martin".
Le séduisant capitaine Oscar Berthomieu est chargé de l'enquête. Il ne tarde pas à entendre parler des célèbres demi-soeurs Martin au caractère fantasque, à la répartie bien sentie.

Diane, Eva, Barbara, Sophie, Valentine, cinq personnalités contrastées, ne bénéficient d'aucun alibi. Quarante huit heures d'une enquête épique, joyeuse et explosive. Les rusées demi-soeurs Martin vont devoir divulguer quelques secrets bien gardés...

Le fils du comique

Après le triomphe de la saison dernière, Le Fils du Comique revient à Paris. Pierre Palmade, toujours dans la peau de Pierre Mazar, son alter ego à la scène, veut un fils. Toujours égocentrique et à la recherche de bons mots, toujours homosexuel assumé, mais cette fois-ci en couple avec un compagnon qu’il adore martyriser, c’est maintenant son envie de faire un enfant qui sera le nœud de l’histoire.
Il veut un fils et il l’a promis à deux femmes : Sylvie, sa meilleure amie, et Isabelle, l’actrice, très prometteuse, de sa prochaine pièce ! Une vraie bataille de « femelles » opposera alors les deux jeunes femmes, chacune d’une nature très affirmée… Cinq personnages qui se déchirent pour notre plus grand plaisir.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0

Publié le 14 Avril 2020

Chef d'œuvre du cinéaste italien Luchino Visconti, « Les Damnés », a été adapté au théâtre par Ivo van Hove avec la troupe de la Comédie-Française, et est diffusé ce soir en exclusivité.

Chef d’œuvre du cinéaste italien Luchino Visconti, Les Damnés retrace le parcours de riches industriels allemands lors de l’avènement du nazisme. Entre compromission et trahison, déchéance et perversité, Visconti fait un portrait sans concession d’une famille. Le film contient quelques scènes d’anthologie comme la longue scène d’orgie homosexuelle précédent La Nuit des longs couteaux ou encore celle où Helmut Berger, égérie du cinéaste gay, est travesti en Marlène Dietrich.

Pour la création des Damnés dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, en 2016, avec la troupe de la Comédie-Française, le metteur en scène gay Ivo van Hove dit s’être inspiré des grandes tragédies grecques. Le résultat est stupéfiant et une pleine réussite.

Vous pourrez en juger ce soir, à 20h30, sur la chaîne Youtube de la Comédie-Française. En effet, la vénérable maison a la bonne idée de proposer chaque soir un programme inédit tous les jours.

La pièce Les Damnés a été captée en 2016 lors du Festival d’Avignon.

Source Komitid

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #théatre et culture

Repost0