Douleur et gloire, ma critique

Publié le 5 Janvier 2020

Douleur et gloire ( 2019)

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.

J'ai trouvé le film très mélancolique et triste. L'histoire de ce réalisateur vieillissant et meurtri par des douleurs chroniques, qui tombe dans l'héroïne pour oublier son calvaire est très sombre.

Je suis partagé entre la beauté de la réalisation avec des scènes magnifiques sur l'enfance du personnage et une histoire à vous filer le bourdon. 

Antonio Banderas, l'acteur fétiche d'Almodovar, incarne à la perfection ce personnage torturé. Il est toujours aussi sexy même dans ce rôle d'homme vieillissant et diminué.

Au final, je n'ai franchement pas été emballé par le film. Malgré tout, Almodovar reste maître dans l'art de conter des tranches de vie.

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties dvd, #dvd gay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article