Articles avec #cinema gay tag

Publié le 20 Novembre 2020

On saura dans un mois si le film sorti en février dernier dans les salles sera nommé pour la cérémonie américaine.

 
 
 
close
volume_off
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La commission composée de professionnels du cinéma français, à savoir la nouvelle présidente de l'Académie des César, Véronique Cayla, le directeur général délégué du Festival de Cannes, Thierry Frémaux ou encore le réalisateur Olivier Nakache, a choisi Deux, pour représenter le 7e art tricolore aux Oscars 2021.

Tout du moins, le film de Filippo Meneghetti, sorti en février dernier, se porte candidat aux nominations, auprès de l'Academy américaine, qui dévoilera courant décembre les 5 films étrangers choisis pour concourir lors de la prochaine cérémonie, qui se tiendra le 25 avril, à Los Angeles. Et ce n'est pas du tout systématique, puisque lors de la dernière décennie, seuls trois films français ont été nommés pour la statuette du Meilleur film étranger :  Les Misérables de Ladj Ly (en 2020, battu par Parasite) ; Mustang de Deniz Gamze Ergüven (en 2013, battu par Le Fils de Saul) et Un Prophète de Jacques Audiard (en 2010, battu par Dans ses yeux). Et pour voir la France l'emporter, il faut carrément remonter à 1993 et Indochine de Régis Wargnier.

Alors Deux arrivera-t-il au bout ? En tout cas, la commission a préféré ce drame social, sacré cette année au Festival Premiers Plans d'Angers, à Eté 85 de François Ozon, Mignonnes de Maimouna Doucouré, ADN de Maiwenn, et Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, qui étaient les cinq films présélectionnés.

Deux, porté par Barbara Sukowa, Martine Chevallier et Léa Drucker, raconte l'histoire de Nina et Madeleine, profondément amoureuses l’une de l’autre. Aux yeux de tous, elles ne sont que de simples voisines vivant au dernier étage de leur immeuble. Au quotidien, elles vont et viennent entre leurs deux appartements et partagent leurs vies ensemble. Personne ne les connaît vraiment, pas même Anne, la fille attentionnée de Madeleine. Jusqu’au jour où un événement tragique fait tout basculer…

Source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay, #lesbien, #Oscars 2021

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

Maïwenn, Maïmouna Doucouré et François Ozon sont sur la short list pour représenter la France aux Oscars 2021.

 
 
 

Ce 12 novembre, la commission de sélection du long métrage international s'est réunie pour choisir cinq films parmi lesquels figurera le candidat français à l'Oscar 2021 du Meilleur film international. La commission, parmi laquelle figure Mati Diop, Olivier Nakache ou Thoerry Frémaux, a retenu ADN de Maïwenn, Eté 85 de François Ozon, Mignonnes de Maïmouna Doucouré, Deux de Filippo Meneghetti et Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh. Le nom du film choisi sera dévoilé le 19 novembre prochain.

Reste à savoir si le candidat retenu fera partie des nommés à la 93ème cérémonie des Oscars, qui doit avoir lieu le 25 avril 2021. Exceptionnellement, en raison des conséquences de la pandémie mondiale sur l'industrie du cinéma, les films sortis jusqu'en février 2021 pourront concourir. L'an dernier, Les Misérables de Ladj Ly portait les couleurs de la France pour l'Oscar du Meilleur film international mais le trophée a été remis à Parasite de Bong Joon-ho.

Source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Oscars 2021, #cinéma gay

Repost0

Publié le 10 Novembre 2020

Viggo Mortensen pense que c'est bien pour des acteurs hétérosexuels de jouer des rôles homosexuels - y compris pour lui-même.

La star du Seigneur des anneaux incarne un rôle gay, John, dans un nouveau film qu'il a écrit, Falling , et dans lequel il fait également ses débuts en tant que réalisateur. Le film aborde la relation de John avec son père Willis (Lance Henriksen), un homophobe notoire, qui déménage à Los Angeles pour rejoindre son fils après un diagnostic de démence.

"Il y a certains personnages que je ne vais pas jouer", a déclaré Mortensen à Reuters dans une interview récente, par exemple «Je ne jouerais pas le personnage d'Eric, un Américain sino-hawaïen.» qui est le mari de John dans le film. Il fait une distinction entre jouer un personnage d'une autre race, mais pas concernant son identité sexuelle.

L'acteur de 62 ans a fait une blague pour illustrer sa défense. «Je m'excuse auprès de tous les proctologues quand David Cronenberg m'a choisi pour le rôle», a déclaré Mortensen.

Mortensen a souligné à Reuters que le fait que son personnage soit gay n'est pas "un gadget". Bien qu'il n'avait pas initialement prévu que le personnage soit gay, il a changer son orientation sexuelle tout en écrivant une scène d'aéroport dans son scénario lorsque John reçoit un appel de son partenaire.

«J'ai pensé, et si ce n'était pas une femme? Et si c'était un mari? Dit Mortensen. «Je vais essayer ça. J'écrirai la prochaine scène et je verrai ce que ça fait. Si cela ne fonctionne pas ou si cela ne convient pas à l'histoire, je ne l'utiliserai pas, mais je l'ai aimé."

 

Les remarques de Mortensen interviennent à un moment ou l'on débat sur l'opportunité des acteurs hétérosexuels jouant des rôles homosexuels.

Historiquement, les acteurs ouvertement gay sont moins susceptibles d'être choisis dans des rôles principaux, même homosexuels, comme l' atteste cette liste de  61 personnes hétérosexuelles qui ont reçu des nominations aux Oscars pour les rôles LGBTQ + . 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 29 Octobre 2020

Drôle de projet, drôle de trailer.

 
 
 

Ça vous tente un biopic de David Bowie où l’on n’entendrait jamais ses chansons ? C’est l’idée de Stardust, écrit et réalisé par Gabriel Range, où Johnny Flynn joue le futur Thin White Duke. Problème : le film n’est absolument pas adoubé par les ayants droit de Bowie, et donc on n’entendra aucun titre de la star. Comme dans cette étrange bande-annonce :

Stardust se focalisera sur un David Bowie âgé de 24 ans (en 1971, donc), alors que ce dernier se rend pour la première fois aux États-Unis. On y verra notamment la naissance de Ziggy Stardust, l’alter ego du chanteur. Et pour tenter de compenser l’absence de chansons originales de la rockstar, on aura droit à des titres d'autres artistes qu'il reprenait à l’époque. Côté casting, Jena Malone jouera le rôle d’Angie Bowie, la première épouse de la star, alors que Marc Maron sera l’agent de Bowie, Bob Oberman.

« Mon objectif, c’est de faire un film qui raconte comment quelqu’un devient un artiste, ce qui le pousse à exercer son art », avait confié dernièrement le réalisateur. « Ce quelqu’un, c’est David Bowie. Un homme qu’on considère seulement comme la star qu’il est devenu, ou bien comme l’un de ses alter ego : Ziggy Stradust, Aladdin Zane, The Thin White Duke. Quelqu’un que je n’ai pu observer que de loin, derrière un masque, un dieu, une présence extraterrestre. Même dans sa mort parfaitement chorégraphiée, il ne ressemblait en rien à un être humain comme les autres. »

Stardust n’a pour l’instant pas de date de sortie en France, au cinéma ou sur une plateforme de streaming.

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 27 Octobre 2020

Le passage de l’acteur de Dix pour Cent derrière la caméra partage la rédaction.

 
 
 

POUR. Et si finalement la plus belle preuve de réussite du premier long de Nicolas Maury se trouvait dans ce pour/contre ? Dans cette impossibilité à obtenir un consensus devant une œuvre qui précisément le fuit et par là même séduit autant qu’elle peut agacer. Celui que Dix pour cent a propulsé sur le devant de la scène passe derrière la caméra avec un film éminemment personnel (il se déroule pour partie dans le Limousin qui l’a vu naître) et pourtant pas autobiographique. Une manière de se mettre à nu de manière aussi profonde que ludique, en multipliant les idées de mise en scène et en traduisant par celles-ci le drame intime vécu par son personnage central (qu’il incarne lui-même) à un moment où tout, dans son existence, prend l’eau –la relation avec son amoureux qui se délite, son père qui vient de se suicider, ce métier d’acteur où il peine à exister –et où il va tenter de se réparer auprès de sa mère. Nicolas Maury n’a pas peur des sentiments, de souffler le chaud et le froid entre grands moments de comédie (une scène géniale face à Laure Calamy, irrésistible en réalisatrice bien secouée) et situations déchirantes (face à cette mère, admirablement campée par Nathalie Baye). Garçon chiffon n’a rien d’un robinet d’eau tiède. Certains le taxent d’égocentrisme. Comme s’il cherchait à rendre à tout prix aimable son personnage. Comme si le regard passionné que le Maury cinéaste porte sur ses acteurs (symbolisé par les ultimes scènes offertes à Florence Giorgetti, grande dame du théâtre, emportée peu après par la maladie) ne battait pas en brèche cette facilité de langage dès lors qu’un réalisateur joue un rôle inspiré par sa vie. Comme si le narcissisme était un critère pour juger une œuvre : dans ce cas, le cinéma de Dolan serait réduit en charpies. Non, l’essentiel est ailleurs. Dans ce besoin viscéral de passer derrière la caméra qui traverse l’écran.
Thierry Cheze

 

CONTRE. Il y a deux Nicolas Maury dans Garçon chiffon. L’acteur est doué et occupe une place à part dans le cinéma français où il a imposé sa singularité. Il joue à merveille de sa voix chantante et de sa démarche hésitante d’homme-enfant. Il compose un personnage complètement décalé et fortement névrosé. Cela fait d’ailleurs presque une dizaine d’années qu’il le module de rôle en rôle. Le summum étant le très réussi Let my people go ! de Michael Buch et le plus populaire étant sa variation « assistant » pour la série à succès, Dix pour cent. Le réalisateur, lui, fait ses premiers pas derrière la caméra et force est de constater qu’il ne réussit pas totalement son coup. Il a construit autour de son double de cinéma (un acteur sans emploi et jaloux) une quête initiatique qui passe par les rencontres farfelues et sans espoir, les amours déçues et le retour à la mère. Le problème est que, dans cette histoire, il n’y a que lui qui l’intéresse. À l’inverse d’un Woody Allen, dont il espère se rapprocher, Nicolas Maury néglige ses partenaires pour se concentrer sur sa propre réaction à leur discours. C’est assez frappant avec Jean-Marc Barr (en réalisateur versatile) dont on aperçoit le visage qu’une dizaine de secondes. C’est frustrant avec Nathalie Baye, dont le personnage de mère aimante occupe la dernière partie du film, sans pour autant réussir à exister. On regrette aussi que Nicolas Maury, aidé de Sophie Fillières au scénario, ait privilégié une histoire comico-tendre à une option plus burlesque. En conséquence, le spectateur, entre deux eaux, finit par trouver le temps long. Il est vrai qu’avec son heure cinquante, ce Garçon chiffon outrepasse la règle de Billy Wilder sur la durée des comédies : « Au-delà d’1 h 30, les minutes comptent double », avait coutume de dire le réalisateur de La Garçonnière. Il n’y a rien de plus vrai.
Sophie Benamon

Source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 22 Octobre 2020

Le film se passe à Toulouse et raconte l’histoire de Jean, 55 ans, policier. Dans un hôtel, Il découvre Maxime, son fils et son petit ami pendus. L’autopsie montre qu’il a été victime d’une overdose de GHB, 7 minutes après son copain. Lors de la veillée organisée par les amis de Maxime, Jean découvre le club BISOU, où son fils était un habitué. Il y rencontre Fabien. Cherchant à en connaître davantage, Jean multiplie les soirées au club, et est rapidement adopté par les Bisouers. Alors que Fabien s’attache à lui, Jean mélange petit à petit son deuil au désir de découvrir l’univers de son fils.

7 minutes de Ricky Mastro, 14 projections à partir du 27 janvier au cinéma Saint-André des Arts à Paris.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Octobre 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 19 Octobre 2020

Après son triomphe aux festivals de l'Alpe d'Huez et d'Angoulême, Miss arrive enfin en salle.

 
 
 

Miss, la nouvelle comédie de Ruben Alves (La Cage dorée) avec Alexandre Wetter, Stéfi CelmaPascale Arbillot, Isabelle Nanty et Thibault de Montalembert, arrivera donc au cinéma dès le 21 octobre, premier mercredi des vacances de la Toussaint, et non la suivante comme cela était initialement prévu. Pour la Warner Bros, qui distribue le film, l’objectif affiché est "de soutenir les salles de cinéma qui restent ouvertes en dépit du couvre-feu qui les prive des précieuses séances du soir dans les principales agglomérations". Il est aussi probablement plus prosaïque de surfer sur le très bon accueil public et critique du film aux Festivals de l’Alpe d’Huez et d’Angoulême.

Il faut dire que Miss a tout pour devenir la comédie "feel good" de l’automne et il aurait été dommage de perdre une semaine, tant cette histoire d’un jeune homme qui rêve de devenir Miss France donne un film drôle, touchant, optimiste : une véritable ode à la féminité sous toutes ses formes et surtout un hymne à la tolérance.

Source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0

Publié le 16 Octobre 2020

7 avril 2021 / 1h 57min / Romance, Drame
Nationalité Britannique
Le film fait partie de la Sélection Officielle de Cannes 2020

1840. Mary Anning fut une paléontologue renommée mais vit aujourd’hui modestement avec sa mère sur la côte sud et sauvage de l’Angleterre. Mary glane des ammonites sur la plage et les vend à des touristes fortunés. L’un d’eux, en partance pour un voyage d’affaires, lui demande de prendre en pension son épouse convalescente, Charlotte. C’est le début d’une histoire d’amour passionnée qui défiera toutes les barrières sociales et changera leurs vies à jamais.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 16 Octobre 2020

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0