« Chair tendre » : l’adolescence d’une personne intersexe racontée dans la nouvelle série de France·tvslash

Publié le 3 Août 2022

« Chair tendre » : l’adolescence d’une personne intersexe racontée dans la nouvelle série de France·tvslash

« Chair tendre », la nouvelle série de France·tv slash, dresse le portrait de Sasha, une adolescente intersexe qui navigue entre les genres et tente de se réapproprier son corps.On est tous et toutes passé par là. L’adolescence. Ce moment où le corps change, où les désirs naissent, où l’identité s’interroge. Pour Sasha, 17 ans, presque 18, l’adolescence est le moment d’une quête de soi, parfois difficile mais toujours nécessaire.

 

Arrivée dans une nouvelle école, suite à un déménagement imposé par le travail de son père, elle essaye, tant bien que mal, de s’intégrer parmi ses pairs. Pour ce faire, elle tente de « faire disparaître le monstre ».

Le monstre, c’est son corps. Un corps mutilé à la naissance car jugé non-conforme. Le corps d’une personne intersexe qui ne rentre dans aucune case, aucune norme, aucune catégorie.

Mais comment vivre son adolescence, le moment où précisément les injonctions à être dans la norme sont les plus fortes, en étant dans la marge, en étant hors de la norme ?

C’est ce qu’interroge Chair tendre, une série en 10 épisodes, produite par France·tv slash et réalisée par Yaël Langmann et Jérémy Mangui*. Avec une réalisation aboutie et des acteur·ices qui maitrisent leur partition (on pense notamment à Angèle Metzger absolument saisissante dans son rôle de Sasha, à Daphné Bürki, impeccable dans son rôle de mère un peu paumée mais attachante et à Saül Benchetrit, fulgurante dans son rôle de petite sœur esseulée et rebelle), Chair tendre plonge le spectateur dans le parcours de la quête de soi d’une personne intersexe.

Il y est question d’identité de genre, Sasha assignée garçon à la naissance souhaite désormais être genrée au féminin, mais aussi de mutilations et de la nécessité de reprendre possession de son corps.

L’adolescence y est montrée dans tout son paradoxe. D’un côté, elle est terriblement cruelle car elle est la scène de moments d’une violence inouïe (diktat de la conformité, moqueries, harcèlement, violences sexuelles…). De l’autre, elle est une sorte de matrice, une seconde naissance qui permet de se réinventer, de se trouver, et même, dans le cas de Sasha, de s’affirmer.

*La série devrait être diffusé sur France.tv flash à partir du 20 septembre 2022

Source komitid.fr 

Rédigé par Michael

Publié dans #Série gay, #Intersexe, #Francetv slash

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article