«The starter wife» sur canal+

Publié le 8 Juillet 2009

«The starter wife» ou les coulisses bitchy des moeurs hollywodiennes

Par Louis Maury

Première série tournée par Debra Messing, après l'arrêt de la sitcom «Will&Grace;», cette plongée dans les mœurs hollywoodiennes est piquante...et très gay-friendly !

 

D'abord mini-série de six heures, suivie de ce format en 10 x 52 minutes, ce feuilleton s'inspire d'un best-seller écrit par Gigi Levangie Grazer. Divorcée de Brian Grazer, producteur notamment de Apollo 13 et du Da Vinci Code, elle y raconte comment elle a survécu à sa rupture, après avoir été blacklistée du tout Hollywood.

Dans cette suite, l'héroïne, Molly (Debra Messing), se lance dans une carrière littéraire, tandis que sa meilleure amie Joan (Judy Davis), ex-alcolo, est embauchée dans une clinique de désintoxication pour stars en perdition.

Quant à Rodney (Chris Diamantopoulos), son meilleur ami, décorateur homosexuel, il craque pour un musculeux quaterback...Cette fiction écrite par une «insider» (terme hollywoodien désignant quelqu'un qui connait comme sa poche les dessous hollywoodiens) ravira les amateurs de «people» par son mélange habile d'humour, de pathos et d'esprit bitchy et camp.

L'ex-vedette de Will & Grace n'a rien perdu de sa vis comica, Judy Davis, la Nathalie Baye australienne, est impeccable. Quant à Chris Diamantopoulos (ci-dessus à droite), à la ville, le mari de Becki Newton, la standardiste peste de Ugly Betty, dans le rôle casse gueule du décorateur gay, tire le meilleur de sa partition. A suivre !


The starter wife, tous les mercredi à 22 h 15 sur Canal +
.

 

Rédigé par Michael

Publié dans #séries gay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article