cesars 2018

Publié le 3 Mars 2018

Le long métrage de Robin Campillo a parfait la 43e cérémonie en remportant son 6e César.

La belle aventure de 120 battements par minute, débutée au Festival de Cannes avec à la clé un Grand Prix du Jury, s'est achevée aux César du Cinéma 2018 avec le prix du meilleur film. Un 6e César décerné au film de Robin Campillo, qui raconte avec justesse et puissance le combat des militants d'Act Up-Paris dans l'indifférence générale, au début des années 90.

Les deux producteurs, ainsi que le réalisateur Robin Campillo, ont notamment "salué les 850 000 spectateurs qui ont été voir ce film et qui nous aident à faire d'autres films". A l'instar des autres discours de primés pour 120 battements par minute, les remerciements ont vite laissé place à l'engagement. "Je voudrais rappeler qu'au commencement d'Act Up, il y avait la colère", a rappelé la productrice Marie-Ange Luciani, tremblante. "Je dois à celles et ceux qui se sont battus avant nous le droit de parler devant vous ce soir, le droit de pouvoir avorter, le droit de pouvoir voter, le droit de pouvoir me marier avec une femme", a-t-elle ajouté.

Rémy Hamai, actuel président d'Act Up-Paris, est également monté sur scène pour rappeler que le combat continue...

Source pure people

 

Meilleur film : 120 Battements par minute

Meilleur acteur dans un second rôle : Antoine Reinartz (120 Battements par minute)

Meilleur espoir masculin : Nahuel Pérez Biscayart (120 Battements par minute)

Meilleur scénario original : 120 Battements par minute

Meilleure musique originale : 120 Battements par minute

Meilleur montage : 120 Battements par minute - Robin Campillo

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #césars 2018, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Janvier 2018

Après le succès de Divines, une autre création de l’association 1 000 visages pourrait ravir le jury français. 

 

Goût bacon. Le titre fait référence à la mention inscrite sur les paquets de chips « 3D », ce qui pousse quelques jeunes musulmans à s’interroger : est-ce qu’elles contiennent du porc ?

Écriture collective

Derrière la caméra, c’est Emma Benestan, ancienne élève de la Fémis, ancienne monteuse d’Abddellatif Kechiche (L’Esquive, La vie d’Adèle), dont elle a hérité du style. « Je voulais non pas parler spécifiquement des tabous liés à la religion, anticipe auprès de Télérama la réalisatrice, mais plutôt interroger, de manière légère et décalée, la question du tribunal interne qui agit dans tout groupe social. »

[Goût Bacon] voudrait se moquer des faux semblants pour parler des rapports filles-garçons et du tabou de l’homosexualité.

13 minutes tournées dans le quartier de la Grande-Borne avec 13 jeunes de l’association, âgés de 15 à 25 ans, et dirigés par une dizaine de professionnel.le.s du cinéma. Adil et Bilel ont gardé leurs prénoms et prennent le rôle de deux garçons sujets aux rumeurs depuis qu’une photo ambiguë a circulé sur Snapchat. Ils cherchent chacun une petite amie « alibi », mais les filles de leur entourage, interprétées par Bahia Hassani et Jennifer Gromas, ne sont pas dupes… Entre chantage et hétérosexualité de façade, Goût bacon c’est aussi un regard franc et sensible sur le tournant de l’adolescence.

En lice pour les César 2018

Remarqué par une quarantaine de festivals nationaux et internationaux, remportant le Prix France Télévision et le Prix du jury presse au festival international de Clermont Ferrant, Goût bacon est présélectionné pour le César du meilleur court métrage 2018. Les nominations officielles seront communiquées le 31 janvier 2018. Les comédien.ne.s elles.eux, depuis ce court, n’arrêtent pas de participer à d’autres tournages.

Diffusé sur France Télévision le 20 janvier 2018, il est encore possible de visionner Goût bacon en replay, jusqu’au 26 janvier, ici :

 

Source tétû
 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Court-métrage gay, #Césars 2018

Repost0