«Last Spring» et «Nus masculins» à la Cinémathèque

Publié le 6 Octobre 2016

«Last Spring» et «Nus masculins» à la Cinémathèque

Le 14 octobre, la Cinémathèque française propose de découvrir deux films gays et totalement inédits du cinéaste François Reichenbach, tournés dans les années 50.

Hervé Pichard, le responsable des acquisitions à la Cinémathèque, a mis la main sur 2 films pépites gays: Last Spring (1954, 23') et Nus masculins (1954, 19')

Last Spring est un « film amateur ». il raconte, caméra à l'épaule, sans dialogue, une simple histoire amoureuse, avec son désir charnel, ses moments de solitude, ses rêveries, ses manques et ses doutes. La clandestinité aurait pu encourager le cinéaste à braver les interdits et exhiber ce que l'on ne saurait voir, mais François Reichenbach propose au contraire un conte romantique et pudique. L'image naturelle noir et blanc et le look à la James Dean des deux personnages plongent le spectateur dans un univers semi-documentaire, aux allures de film indépendant, de cette Amérique fascinante et rebelle des années 50. L'image est abîmée et le son malheureusement très dégradé, mais cette curiosité qui n'apparaît dans aucune filmographie de François Reichenbach mérite qu'on la découvre.

Last Spring est accompagné d'un second court métrage, nommé provisoirement Nus masculins. Ce sont des images intimes, muettes et non montées, des amis et compagnons du cinéaste, lors de ses différents voyages, tournées sur de la pellicule inversible 16 mm couleur. Ce type de pellicule procure des tonalités uniques, particulièrement denses et contrastées qui se prêtent aux sujets, vêtus ou dévêtus et qui offrent à nouveau une beauté et une émotion particulières aux plans.

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Commenter cet article