Articles avec #cinema gay tag

Publié le 22 Août 2020

En plongeant dans l’intimité familiale dans Madame, Stéphane Riethauser explore le poids de la domination du masculin.

Et si les meilleures histoires étaient les nôtres? Et si la plus grande aventure c’était déjà d’essayer d’être soi ? Home movie politique et déchirant, Madame étale devant nous la fabrique d’une identité à travers le prisme d’une famille, ses petits recoins cachés, ses règles tacites et ses moments de liesse ordonnés. Des images en apparence banales, des moments de vie simples, de petites vidéos faites au caméscope ou en Super 8, des photos de vacances, des repas de fête, des jeux d’enfants qui, revus aujourd’hui, prennent une signification troublante. La sensation d’une vérité masquée, d’un jeu de dupe auquel on participe malgré soi.

Diktat du masculin dominant

Avec son film, Stéphane Riethauser ne déterre pas des secrets de famille. Il expose son tombeau, celui d’un ado homo condamné pendant longtemps à se taire. Il raconte, images à l’appui, comment il a “joué le jeu”, s’est plié au rôle du “bon fils”, implicitement, inconsciemment. Une façon de rouvrir le passé pour se défaire d’une prison mentale et de comprendre pourquoi et comment on en arrive à essayer d’être un autre.

Devant ce cinéma-confession, on craint l’impudeur et la haine revancharde. Mais dans la lignée du Tarnation de Jonathan Caouette (magnifique home movie queer), le portrait se fait étonnamment tendre et complexe. Comme Caouette interrogeant son identité queer à travers la maladie mentale de sa mère, Stéphane Riethauser pense le diktat du masculin dominant en regard d’un portrait saisissant d’une femme, sa grand-mère, elle aussi éprise de liberté. Madame confronte ainsi les générations, observe les parcours de vie et dégage de l’intime un propos politique puissant sur la domination du masculin. Car à travers le portrait de ce coming out, du sentiment d’un enfant, d’un ado, d’un adulte qui se sent différent, le réalisateur raconte le poids d’une société qui assigne des rôles.

Thérapie par l'image

Ainsi, derrière les photos et les vidéos, il traque et pointe de sa voix grave les signes et les détails d’un petit théâtre genré bien huilé que l’on reproduit ad nauseam. D’abord très intime, cette histoire de famille devient évidemment universelle. On assiste impuissant à la mécanique qui broie, aux doutes, à la peur, comme si ce héros involontaire, à la double vie invisible, subissait la double peine de l’isolement et du “faire semblant”. Intelligemment, le film négocie cette souffrance par l’analyse, la distance, comme une thérapie par les mots et par l’image.

Qu’il interroge son père sur le moment du coming out (des mots durs, dévitalisés par le temps) ou qu’il questionne le parcours de sa grand-mère, victime dès son adolescence de la misogynie violente de la société, le réalisateur ne juge personne. Il déplie simplement les faits, les causes et les conséquences, et nous enseigne, par la mélancolie de son montage, que seul le temps permet de comprendre. Jamais aigre, le film étonne par son calme, par sa compassion lumineuse. Récit d’une émancipation, récit d’une déconstruction/reconstruction, Madame est peut-être aussi avant tout le récit d’une prise de parole : le besoin de se raconter pour dire, malgré tous les masques, qui on a toujours été.

Source Têtu 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 14 Août 2020

Breaking fast

 Mike Mosallam réalise une délicieuse comédie romantique. Haaz Sleiman joue le rôle d’un médecin gay et musulman qui tombe amoureux du beau Kal (Michael Cassidy). 

Twilight’s kiss

Dieu merci, il ne s'agit pas de vampires. Twilight's Kiss raconte une histoire d'amour gay inhabituelle: celle de deux hommes plus âgés à Hong Kong. Au fur et à mesure que leur amour grandit, ils doivent faire face à des choix concernant leur coming out dans une société homophobe, vivre ensemble… et comment garder leurs rôles de pères avec leurs enfants devenus adultes. Ce drame examine les soins apportés aux couples LGBTQ vieillissants alors qu'ils affrontent leurs dernières années ensemble.

Cowboys 

Le film suit l'histoire d'un garçon transgenre (Sasha Knight) et de son père toxicomane Troy (Zahn), fuyant la loi à cheval. Se déroulant dans le Montana, le film suit Troy et Jo alors qu,ils tentent d'échapper à leurs problèmes. La mère de Jo, Sally (Jillian Bell), n'accepte pas qu'elle ait un fils transgenre, et lorsque le comportement erratique de Troy lui cause des ennuis avec la justice, le père démissionnent pour fuir au Canada avec son fils. C'est une belle histoire père-fils, pleine de superbes cinématographies du nord-ouest américain et une lueur d'espoir pour les enfants queer du monde entier.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 13 Août 2020

Le 4 novembre prochain, le public français pourra découvrir le premier film réalisé par l’acteur de la saga du Seigneur des anneaux.

 
 
 

Après sa présentation hors compétition au Festival de Sundance en janvier dernier, le premier film réalisé par Viggo MortensenFallingavait été sélectionné pour Cannes… Les premières images laissent entrevoir un film à l’image de son auteur, également devant la caméra.

L’histoire de Falling en deux mots :  John (Viggo Mortensen) vit en Californie avec son compagnon Eric (Terry Chen) et leur fille adoptive Mónica (Gabby Velis), loin de la vie rurale conservatrice qu’il a quittée voilà des années. Son père, Willis (Lance Henriksen), un homme obstiné issu d’une époque révolue, vit désormais seul dans la ferme isolée où a grandi John.

source Première 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 11 Août 2020

L'univers cinématographique Marvel (MCU) est sur le point de subir un changement radical au cours des prochaines années après l'acquisition de Fox par Disney, et donc des droits sur les X-Men.

 

Kevin Feige, président de Marvel Studios, a confirmé que le point de vue du MCU sur les mutants serait «assez différent» de la série précédente.

Après de ferventes spéculations, il semblerait que Shia LeBeouf soit un favori pour jouer Iceman. Ce personnage a été Interprétée par Shawn Ashmore dans les films X-Men originaux .

Dans la version bande dessinée d'Iceman est remarquable pour être l'un des super-héros queer les plus en vue.

Iceman est devenue gay dans un numéro d'avril 2015 de All-New X-Men après que Jean Grey ailu dans ses pensées.

Ne voulant ni être gay, ni être un mutant, un Iceman adolescent et un Iceman adulte (toujours dans le placard), ce sont confrontés lorsqu'ils se sont retrouvés face à face lors d’un épisode. Iceman a ensuite eu sa propre série qui se concentrait sur l’acceptation de son identité et son héritage en tant que super-héros.

LeBeouf a longtemps envisagé de jouer l'anti-héros de Marvel Moon Knight, selon We Got This Covered , mais les producteurs seraient désormais «désireux» de le faire jouer dans  la franchie X-Men .

Ayant fait son nom dans la série Transformers de Michael Bay , LeBeouf a tourné le dos aux superproductions pendant une grande partie de la dernière décennie, se concentrant plutôt sur des films plus petits avec des rôles plus intenses.

Marvel aurait vu dans ce rôle  "un moyen possible de le ramener dans le giron des films à gros budget qu'il avait quitté "

 

La nouvelle que LeBeouf pourrait jouer Iceman a suscité une réaction mitigée en ligne. Des membres de la communauté LGBT + implorant Marvel de choisir un acteur queer dans le rôle.

Scott Evans, le jeune frère gay de la star de Captain America , Chris Evans, a tweeté: "Je suis un fan de Shia. Mais Iceman, un personnage gay de premier plan dans les bandes dessinées, ne peut-il pas être joué par un homme gay ?"

Le scénariste Joe Glass a fait mieux en proposant quelques suggestions de casting alternatifs : Ben Whisahw de James Bond , l' acteur Andrew Rannells et les stars d' EastSiders Kit Williamson et John Halbach.

 

Les dernières rumeurs suggèrent que le plan de Marvel est de présenter les X-Men un par un, avant de mettre en place une équipe du style Avengers.

Quels acteurs joueront dans d'autres rôles clés reste un mystère - bien que la star de Pose Dominique Jackson ait suggéré de reprendre le rôle de Storm , pour le plus grand plaisir de tout le monde avec goût.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 7 Août 2020

L' acteur du Joker - qui a joué de manière controversée une femme trans dans le film Dallas Buyers Club - s'est dit «reconnaissant et excité» de jouer l'artiste gay dans un post Instagram supprimé depuis.

"Oui, c'est vrai, je jouerai Andy Warhol dans un prochain film", a-t-il écrit jeudi 6 août, qui aurait été le 92e anniversaire de l'artiste.

«Joyeux anniversaire Andy», at-il ajouté. "Tu nous manques ainsi que ton génie."

On suppose que le projet est le même que celui annoncé par Leto en 2016.

Intitulé Warhol , l'acteur devait également produire le biopic à partir d'un scénario de l' écrivain Le loup de Wall Street , Terrence Winter.

Le film serait basé sur la biographie de Victor Bockris écrit en 1989 sur Warhol, Leto ayant acquis les droits avec le coproducteur Michael De Luca.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #Biopic, #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 30 Juillet 2020

Le réalisateur de Call Me by Your Name , Luca Guadagnino, va réaliser un film sur un «arnaqueur bisexuel» qui organisait des rendez-vous pour des stars de cinéma gay hollywoodiennes à une époque où les relations homosexuelles étaient strictement interdites.

Le film sera basé sur le documentaire  Scotty and the Secret History of Hollywood  rapporte Deadline  .

Le projet à venir se concentrera sur le vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Scotty Bowers, un arnaqueur bisexuel qui a organisé des rencontres pour des stars de cinéma gay hollywoodiennes des années 1940 jusqu'au début de l'épidémie de sida dans les années 1980.

 

Bowers a organisé des rendez-vous sexuels entre des stars de cinéma queer hollywoodiennes dans une station-service pendant  plusieurs décennies.

Il a été félicité par les stars pour avoir créé un environnement sûr où ils pouvaient explorer leurs sexualités sans crainte de répercussions.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 28 Juillet 2020

Le prince (2019)

Dans les années 70, le jeune Jaime est condamné à passer des années en prison pour l’assassinat apparemment inexplicable de son ami. Dans sa geôle, il rencontre un caïd, homme-mur, avec qui il va développer un rapport fort et qui va en faire le prince de la prison.

Lauréat du prestigieux prix Queer Lion au Festival de Venise, El Principe (Le Prince) est un drame homoérotique se déroulant dans une prison répressive chilienne des années 1970.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 26 Juillet 2020

Le deuxième film de la franchise Freddy les griffes de la nuit, avait un fond d'homoérotisme.

Robert Englund, qui a joué le méchant emblématique du film d'horreur Freddy Krueger, a exprimé son espoir que la franchise d'horreur fasse un remake plus explicitement queer dans le futur.

S'adressant à TooFab , Englund a pensé que les spectateurs des films seraient plus ouverts à une distribution plus diversifiée de personnages dans les films maintenant.

Cependant, en raison d'un fond d'homoérotisme du deuxième film, l'acteur principal, Mark Patton, a vu sa carrière détruite. La star a récemment publié un documentaire explorant l'impact du film sur sa carrière.

Le synopsis du documentaire du film dit : «Scream Queen! Mon cauchemar sur " Les griffes de la nuit" met les pendules à l'heure de la suite controversée de Freddy, les griffes de la nuit, qui a mis fin à la carrière d'acteur de Mark Patton, au moment où elle était sur le point de commencer.

Patton a déclaré dans le passé que même s'il n'était pas ouvertement gay à l'époque, les producteurs du film savaient qu'il l'était, et cela faisait partie de la raison pour laquelle il y avait une nuance homoérotique dans Freddy.

Dans des interviews, l'acteur a déclaré que les nuances du film et son interprétation d'un personnage gay dans Reviens Jimmy Dean, reviens  l'ont conduit à être catalogué, puis à quitter l'industrie du cinéma.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 26 Juillet 2020

Dans un futur proche où la population féminine a été éradiquée, un père tâche de protéger Rag, sa fille unique, miraculeusement épargnée. Son plus grand défi est ailleurs: alors que tout s'effondre, comment maintenir l'illusion d'un quotidien insouciant et préserver la complicité fusionnelle avec sa fille ?
Emma, une adolescente, grandit au sein d’une famille tout à fait ordinaire jusqu’au jour où son père décide de devenir une femme.Ce bouleversement au sein de cette famille aimante conduit chacun à se questionner et à se réinventer…
En 2019, Eddy de Pretto a effectué une série de dix concerts à l'Elysée-Montmartre. Celui qui s'est fait connaître en 2017 avec l'EP Kid, se met en scène à la manière d'un combat de boxe.
Quatre ans après son dernier album, Mika est de retour avec « My Name Is Michael Holbrook ». L'occasion d'une tournée en treize dates dans toute la France, dont ce concert donné à Paris le 22 décembre 2019 à l'AccorHotels Arena. Un show haut en couleurs.
Rahne Sinclair, Illyana Rasputin, Sam Guthrie et Roberto da Costa sont quatre jeunes mutants retenus dans un hôpital isolé pour suivi psychiatrique. Le Dr Cecilia Reyes, qui estime ces adolescents dangereux pour eux-mêmes comme pour la société, les surveille attentivement et s'efforce de leur apprendre à maîtriser leurs pouvoirs.

 

Madame

26 août 2020 / 1h 34min / Documentaire
Saga familiale basée sur des images d’archives privées qui s’étalent sur trois générations. MADAME crée un dialogue entre Caroline, une grand-mère au caractère flamboyant, et son petit-fils cinéaste Stéphane, lors duquel les tabous de la sexualité et du genre sont remis en question dans un monde patriarcal à priori hostile à la différence.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 24 Juillet 2020

Le comédien Billy Eichner a annoncé son prochain projet, il jouera le rôle de l'acteur comique gay Paul Lynde dans un nouveau biopic intitulé  Man in a Box.

En tant qu'acteur populaire dans les années 1960 et 1970, Lynde s'est retrouvé dans une position ambigue, incapable de vivre ouvertement son homosexualité, mais jouant souvent des personnages gays«exubérant » ou usant de clin d'œil à la caméra pour signaler son homosexualité aux téléspectateurs. Hors écran, il était réputé pour sa forte consommation d'alcool et de drogue, ainsi que pour son comportement cruel. Il est décédé en 1982.

Eichner voit également  Man in the Box comme une opportunité d'élargir les images de personnes queer à l'écran. «C'est un gars compliqué, ce n'est pas un martyr ou un ange», dit Eichner à propos de Lynde. «Il avait de terribles problèmes de toxicomanie. Il pouvait être un vrai connard, et encore une fois, l'une des raisons pour lesquelles je pense que c'est une histoire convaincante est que lorsque l'on nous présente ces biographies sur les homosexuels, nous sommes souvent considérés comme des martyrs, des victimes. Nous ne sommes pas considérés comme des personnes totalement complexes, émotionnellement compliquées et aussi désordonnées que quiconque.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Biopic

Repost0