cinema gay

Publié le 9 Avril 2018

L'histoire :

Erasmus et Paul forment un couple à la vie extravagante. Lorsque le petit-fils d'Erasmus, que celui-ci n'avait jamais vu jusqu'alors, fait son apparition, les deux hommes le recueillent à contre-cœur.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 5 Avril 2018

L'histoire secrète d'un projet compliqué, qui a mis 8 ans à se monter.

Au cours d'une soirée événement à Santa Monica, la scénariste Diana Ossana, oscarisée pour Le Secret de Brokeback Mountain, a révélé quelques secrets de fabrication sur la production du film. Un chantier long de 8 ans, qui a connu de nombreuses difficultés avant de pouvoir se monter. Notamment côté casting. 

Avant que Heath Ledger et Jake Gyllenhaal ne prennent les deux rôles principaux, le projet était connu à Hollywood, comme "le film avec des cowboys gays". Du coup, Diana Ossana raconte (citée par le Hollywood Reporter) avoir croisé la route d'une "longue liste de jeunes talents en pleine ascension", qui sont montés dans l'aventure et en sont descendus aussi sec. "Personne ne voulait s'y engager vraiment", se souvient la scénariste, qui raconte qu'au tout départ, BrokebackMountain devait être dirigé par Gus Van Sant, avec Matt Damon et Joaquin Phoenix, dans les rôles principaux. Mark Wahlberg avait également été considéré à un moment donné.

"Nous avons ensuite proposé à Edward Norton et à Joel Schumacher de le réaliser, ainsi qu'à des dizaines de personnes. Elles sont toutes revenues vers nous en disant aimer le projet, mais ne pas vouloir s'engager là-dedans. Je suppose qu'ils ont vu ça comme trop difficile." Diana Ossana explique en fait qu'il était difficile de faire comprendre aux cadres d'Hollywood, qu'il ne s'agissait pas d'une "histoire d'amour universelle, mais d'une histoire d'amour entre deux hommes".

 

Finalement, Ang Lee a accepté de signer Brokeback Mountain et le choix du casting s'est porté sur Heath Ledger pour le rôle d'Ennis... ce qui n'emballait pas forcément le studio Focus Features au départ : "Personne ne voulait de Heath sauf moi et [le co-scénariste] Larry McMurtry. Le studio trouvait qu'il n'était pas assez macho". Sauf qu'après qu'un énième acteur a abandonné le projet, Ossana a couru pour faire signer Ledger, qui a accepté, notamment grâce à sa petite amie de l'époque, Naomi Watts : "Il a lu le script, alors qu'il rentrait en Australie. Et elle l'a lu aussi. Elle en sautait sur le lit en lui disant qu'il devait absolument faire ce rôle pour toutes sortes de raisons. Pour sa carrière et pour le monde."

Heath Ledger a ainsi fait le film, aux côtés de Jack Gyllenhaal et de Michelle Williams... dont il est finalement tombé amoureux.

Source première

 

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 4 Avril 2018

 

Le prochain film de Paul Verhoeven, "Sainte Vierge", dans lequel Virginie Efira campera une nonne lesbienne, se précise. Lambert Wilson rejoint la distribution du long métrage qui s'annonce sulfureux. Le tournage est prévu à l'automne prochain.

Il y a quasiment un an, la société de production SBS créait l'événement en diffusant la première affiche d'un nouveau film avec Virginie EfiraSainte Vierge (Blessed Virgin à l'international), prochain film tourné en français par Paul Verhoeven après Elle (déjà produit et distribué par SBS).

On apprend aujourd'hui, via nos confrères du Journal du Dimanche, que Lambert Wilsonrejoint la distribution du film. Au moment d'évoquer ses projets, Lambert Wilson indique : "je vais tourner avec Paul Verhoeven à l’automne Blessed Virgin, son nouveau thriller érotique après Elle (2016). Je donnerai la réplique à Virginie Efira qui interprétera une nonne lesbienne. Je suis sûr que ce film va créer une impatience folle. On va beaucoup en parler…"

Adapté du roman de Judith C. Brown, "Immodest Acts", paru en 1986, Sainte Vierge racontera l’histoire de Benedetta Carlini, une religieuse du début du XVIIe siècle devenue très influente en Italie après avoir prétendu être reliée au Christ par un puissant lien mystique et pouvoir témoigner de visions particulières.

Une enquête menée par le clergé a révélé que Benedetta Carlini entretenait depuis plusieurs années une relation lesbienne avec la sœur Bartolomea. Elle fut par conséquent tenue à l’écart de la société, confinée pendant quarante ans, pour éviter tout contact avec d’autres femmes. Son histoire est devenue l’un des premiers cas déclaré et documenté d’homosexualité féminine en Europe occidentale.

Le tournage du film aura donc lieu cet automne comme l'indique Lambert Wilson. Sur Twitter, Saïd Ben Saïd, producteur du film, cite Paul Verhoeven qui indique que "Sainte Verge devra être un film profondément habité par le sentiment du sacré. Je m’intéresse au sacré depuis mon plus jeune âge, et plus particulièrement en peinture et en musique."

Paul Verhoeven revient sur sa carrière : "Je suis attiré par la violence et l'ambiguïté..."

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 2 Avril 2018

Mario (2018)

Pour la première fois de sa vie Mario est amoureux jusqu’aux oreilles. De Leon, le petit nouveau venu d’Allemagne. Leon joue aussi en attaque et pourrait représenter un danger quand il s’agira de choisir celui qui montera en première équipe. Mais Mario ne veut pas y penser, il veut sentir, flairer Leon et être près de lui. Cela n’a pas échappé à d’autres membres de l’équipe et les rumeurs vont bon train. Mario voit bien que sa carrière de footballeur professionnel est en danger mais il ne veut perdre Leon à aucun prix. Il doit prendre une décision.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 1 Avril 2018

L'histoire :

Un odieux crime va mettre à mal la relation entre une starlette et son assistante. En menant l'enquête, l'assistante va peu à peu remettre en question l'amitié et la sincérité de la star.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #lesbien

Repost0

Publié le 29 Mars 2018

Selon le scénariste de "Call Me By Your Name", le film oscarisé pour le Meilleur Scénario Adapté était censé contenir des scènes de nudité frontale, contrairement aux dires du réalisateur Luca Guadagnino... A côté de quoi est-on passé réellement ?

Vous êtes allés voir Call Me By Your Name en espérant contempler plus qu'une paire de pêches ? Vous restez terriblement frustrés par la relative pudeur des scènes de sexe entre Elio (Timothée Chalamet) et Oliver (Armie Hammer) ? On va remuer le couteau dans la plaie : ce n'était pas censé se passer comme ça ! En tout cas selon le scénariste James Ivory, qui a récemment déploré dans une interview accordée à The Guardian cette absence de nudité frontale. Un choix assumé par le réalisateur Luca Guadagnino, qui a expliqué que ce débat n'avait pas de sens et qu'il s'agissait d'une décision artistique uniquement. On pourrait effectivement imaginer que c'était une demande de Sony Pictures Classic qui produit le film, afin de le rendre le plus grand public possible.

Mais Ivory s'attaque directement à Guadagnino, en l'accusant de mentir : "Quand Luca prétend qu'il n'a jamais pensé inclure de la nudité dans le film, c'est totalement faux. Il s'est assis dans cette même pièce, à cette même place, en me parlant de comment il voyait les choses (...) C'est juste du grand n'importe quoi !" Selon le journal britannique, les contrats des deux acteurs excluaient la possibilité de tourner des scènes de nudité frontale. Toutefois, Armie Hammer a expliqué à plusieurs reprises que beaucoup plus de scènes de ce type avaient été tournées et qu'il avait été soulagé de constater qu'elles n'avaient pas été conservées au montage.

Ivory explique pourquoi il lui semblait important que le film contienne de la nudité frontale : "Quand des gens se baladent avant ou après avoir fait l'amour, en général ils sont couverts d'un drap dans les films. Et j'ai toujours trouvé ça ridicule. Je ne l'ai jamais fait." Il prend pour exemple son film Maurice, sorti en 1987 : "Vous y voyez tout ce qu'il y a à voir. Pour moi, c'est une manière beaucoup plus naturelle de faire les choses, plutôt que de tout cacher, comme l'a fait Luca dans cette scène où la caméra se tourne doucement vers la fenêtre pour se fixer sur les arbres." Pour rappel, il était prévu à l'origine que Ivory et Guadagnino réalisent ensemble le film, ce qui a dû être annulé pour des raisons de budget. Ivory a alors accepté de vendre le script et de laisser les rènes à Guadagnino. Une collaboration qui n'aurait visiblement pas été des plus simples...

Tout espoir n'est cependant pas perdu, puisqu'une suite, voire plusieurs pourraient voir le jour dans les années à venir.

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 27 Mars 2018

Après avoir été interdit en Tunisie, "Call Me By Your Name" est déprogrammé du Festival International du Film de Beijing. Alors que le régime se durcit en Chine, la romance entre Elio et Oliver a été jugée "déviante" par les organisateurs.

Alors que le régime se durcit en Chine, on apprend que le film Call Me By Your Name de Luca Guadagnino a été retiré de la programmation du Festival International du Film de Beijing par les organisateurs de l'événement. Après avoir été interdit en Tunisie, le film a été pris pour cible en Chine en raison de son sujet et l'histoire d'amour entre Elio et Oliver, finalement qualifiée de "déviante", a été déprogrammée du festival qui se déroulera dans la capitale chinoise du 16 au 23 avril. Bien que l'homosexualité ne soit pas illégale en Chine, elle est désapprouvée par une grande partie de la société chinoise et par un gouvernement toujours plus conservateur. Cela intervient à un moment où les autorités exercent un contrôle de plus en plus ferme sur les films et les œuvres culturelles de manière plus générale, ainsi que sur l'information.

La nouvelle ne devrait pas pour autant empêcher le réalisateur Luca Guadagnino d'avancer sur son projet de suite. Sur le tapis rouge des Oscars, il y a quelques semaines, il confiait qu'il travaillait déjà dessus : "Le film se déroulera 5 ou 6 ans après. Ce sera un nouveau film, avec un ton différent." Dans une interview à Collider, Armie Hammer, qui interprète le rôle d'Oliver, expliquait hier que si une suite devait voir le jour, ce ne serait toutefois pas pour toute suite. "Cela prendra quelques années, délibérément, comme le projet de [Richard] Linklater", a déclaré le comédien, faisant ainsi référence à Boyhood, célèbre pour avoir été tourné sur douze ans afin que les acteurs vieillissent et jouent leurs personnages à différents âges de leur vie. 

Source allociné

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #cinéma gay

Repost0

Publié le 20 Mars 2018

Le film raconte le coming-out d’un adolescent.

Dans un long post publié sur Instagram, le réalisateur Xavier Dolan a dit tout le bien qu’il pensait du film Love, Simon (sortie en France le 27 juin). Ce n’est pas tant la qualité du film en elle-même qui a touché le réalisateur, mais le message qu’il représente pour les jeunes homosexuels partout dans le monde.

"Après avoir vu Love, Simon, je me suis senti comme si je faisais mon coming out auprès de ma mère Jennifer Garner, et que je marchais dans le couloir de mon lycée avec un regard perdu, et pourtant sensuel. Félicitations à mon ami Nick Robinson, si généreux et authentique que j’ai rempli un véritable formulaire d’adoption. J’ai rangé mon passeport une ou deux fois dans le congélateur Nick, mais je peux être un bon parent pour toi.

Plus sérieusement, ne parlons pas du film en lui-même, mais concentrons-nous sur son existence, et le fait qu’un studio important ait sorti un film sur le coming out d’un adolescent.

Une porte s’est ouverte, elle s’était déjà ouverte, mais cette fois, je peux voir la lumière. J’ai vu tellement de films LGBTQ quand j’étais enfant, cherchant désespérément des réponses, enfermé dans ma chambre, téléchargeant des films faute de magasin vidéo décent. La plupart étaient brillants et vivifiants pour le jeune artiste que je rêvais d’être, mais laissait peu d’espoir au jeune homme que j’étais. Suicides, ruptures, harcèlement, dénigrement des gay… Avec tout son sérieux, sa normalité, Love, Simon montre les difficultés de faire son coming-out, mais avec une conclusion inspirante pour les adolescents qui verront Love, Simon parce qu’ils ne se sentent pas "normaux".

Peut-être que cela leur apprendra que, même s’ils n’ont pas la même vie privilégiée que Simon, ils peuvent avancer. Et peut-être que cela nous apprendra, en tant qu’industrie, qu’il est temps d’arrêter de reléguer les personnages LGBTQ aux rôles négligeables, généralement des personnages secondaires comiques, mais plutôt leur offrir des histoires créées pour eux, et autour de l’opposé de ce qui se référe habituellement aux "gens normaux".

La normalité est une notion changeante. Si un film comme celui-là avait existé quand j’avais 15 ans, je n’aurais peut-être pas menti à mon père au sujet d’un poster d’Ashton Kutcher, que j’avais prétendu donner à ma cousine Stefanie devant lui, alors qu’il était à moi. Si je l’avais vu, les choses auraient été différentes.

Je suis heureux de la façon dont les choses ont évolué, et malgré la solitude que tu ressens quand tu es un adolescent qui fait son coming-out, je me suis senti soutenu. J’ai été chanceux. Mais la plupart des jeunes ne le sont pas. Love Simon est un grand pas pour eux, et pour nous. Merci à tous les artistes et personnes impliquées."

Source première

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Coming out

Repost0

Publié le 19 Mars 2018

Cinéma

Love, Simon, une comédie romantique sur les aventures d'un adolescent gay

A première vue, "Love, Simon" ressemble à tous les autres films pour adolescents, mais il a pourtant le potentiel de devenir un phénomène pour l'inclusion des homosexuels.

Jamais une comédie romantique produite par un gros studio d'Hollywood n'avait jusqu'à présent été contée d'après le point de vue d'un adolescent homosexuel.

"Tout le monde, moi y compris, peut se sentir concerné par ce qui arrive à Simon, le fait d'essayer d'être soi-même et bien comme on est", a expliqué la star du film, Nick Robinson, lors d'une projection récente à Los Angeles.

Réalisé par Greg Berlanti ("Flash", "Supergirl"), "Love, Simon" est adapté d'un roman pour adolescents de Becky Albertalli. Nick Robinson, 22 ans et vu dans "Jurassic World", joue Simon Spier, lycéen d'une banlieue d'Atlanta, en Géorgie (sud-est des Etats-Unis), qui n'a pas avoué à sa famille ou ses amis qu'il est homosexuel.

Il se rapproche de "Blue", un autre élève de son lycée encore "dans le placard", avec qui il discute sur internet et dont il ignore l'identité. Puis celui-ci dévoile leurs échanges d'emails et la vie de Nick est soudainement bouleversée.

Revoir les idées reçues

"Love, Simon", qui est sorti vendredi aux Etats-Unis et sera sur les écrans le 27 juin en France, fait partie d'une série de titres récents sur des amours adolescentes homosexuelles, à l'instar de "Call Me by Your Name", Oscar du meilleur scénario, et "The Miseducation of Cameron Post", lauréat du principal prix au festival de Sundance.

Ce qui le rend unique, c'est qu'il sort du circuit des films indépendants: produit par un gros studio, il sera largement distribué et est conçu pour un vaste public familial, pas seulement pour les cinéphiles.

Les studios avaient l'habitude jusqu'alors de considérer que le grand public n'était pas intéressé par les histoires d'amour gay, et qualifiaient d'anomalie les 178 millions de dollars accumulés au box-office par "Le secret de Brokeback Mountain" en 2005.

Le succès phénoménal de "Black Panther" - déjà 1,1 milliard de dollars au box-office mondial, contredisant l'opinion classique à Hollywood jusqu'alors selon laquelle les "films noirs" ne plaisent pas au public international - force les patrons des studios à revoir leurs idées reçues...

"Love, Simon" a reçu des critiques positives de 91% sur le site agrégateur Rotten Tomatoes, et devrait générer 18 millions de dollars lors de son premier week-end à l'affiche.

La société spécialisée dans le box-office Exhibitor Relations prédit 55 millions de dollars de recettes rien qu'en Amérique du Nord: un score honorable pour un budget de production de 17 millions de dollars.

Josh Duhamel ("Transformers: The Last Knight") et Jennifer Garner ("Juno", "Dallas Buyers Club") incarnent les parents aimants de Simon, et son groupe d'amis inclut Katherine Langford, vedette de la série de Netflix sur le suicide d'une adolescente, "13 Reasons Why".

Le pouvoir de la représentation

"Je parlais à un de mes amis quand je réfléchissais à 'est-ce que je fais ce film? Est-ce que ça va marcher?'. Il m'a répondu, 'tu sais, ce film m'aurait vraiment aidé quand j'étais enfant. Ca aurait été vraiment important'", se souvient Jennifer Garner, 45 ans, lors de la projection.

Josh Duhamel, qui a un enfant de quatre ans avec son ex-femme la pop-star Fergie, admet que "Love, Simon" l'a fait réfléchir à sa réaction si son fils lui annonçait un jour qu'il était gay.

"Je veux vraiment juste que mon enfant soit heureux et passionné envers la personne qu'il aime, quelle qu'elle soit", a estimé le comédien de 45 ans. "Peut-être que c'est parce que j'ai beaucoup attendu avant de devenir père. J'ai beaucoup vécu, j'ai beaucoup d'amis gay, et vraiment ça m'est égal", poursuit-il.

Greg Berlanti s'est dit ému par la réaction très chaleureuse du public à travers les Etats-Unis, pas seulement en tant que réalisateur mais en tant qu'homosexuel qui voit le public applaudir un baiser entre deux personnes de même sexe.

Lors d'une journée presse samedi à Los Angeles, il a avoué avoir plusieurs fois fondu en larmes en regardant les prises du film: "c'était vraiment viscéral, comme un vide que j'ignorais avoir, qu'il fallait remplir, et qui maintenant était rempli", a-t-il observé.

Quand il a montré ces prises de vues à celui qui était alors son fiancé et aujourd'hui son mari, ce dernier était également stupéfait par la puissance des scènes familiales pourtant en apparence banales: "C'était le simple pouvoir de la représentation" à l'écran, conclut Greg Berlanti.

(Source AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay

Repost0

Publié le 17 Mars 2018

La modèle trans Andreja Pejić a décroché son premier rôle dans un film majeur, dans   The Girl in the Spider's Web.

Le film est la suite de Millénium: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes  (2011), qui a vu Rooney Mara dans le rôle de Lisbeth Salander et Daniel Craig dans le rôle du journaliste Mikael Blomkvist. Sept ans plus tard, Claire Foy , de  The Crown  s'apprête à prendre le rôle principal de Salander, une cyberhackeuse énervée. Le rôle de Craig sera maintenant joué par l'acteur suédois Sverrir Gudnason. Aucun mot encore sur le rôle exacte d Andreja Pejić.

Andreja Pejić a participé à des défilés de mode pour de grandes maisons de couture comme Galliano, Marc Jacobs, Raf Simons, Paul Smith et Jean Paul Gaultier. Elle a également participé à la vidéo de David Bowie  The Stars (Are Out Tonight) aux côtés de Tilda Swinton. 

The Girl in the Spider's Web  est dirigée par Fede Alvarez, dont la sortie est prévue pour le octobre 2019.

Voir les commentaires

Rédigé par Michael

Publié dans #sorties cinéma, #cinéma gay, #Trans&transgenre

Repost0